LUNAR AURORA

Andacht

Cela vous tente-t-il d'effectuer un voyage dans les profondes et lugubres catacombes d'une abbaye ? Car c'est là le thème du dernier voyage proposé par la compagnie LUNAR AURORA, un voyage ma foi réussi avec brio ! On n'est pas encore revenu au niveau d'un Elixir Of Sorrow (en tout cas pour moi), mais ce produit présente un groupe en pleine forme qui a laissé de côté le semi-échec de Mond et ses guitares mises en avant pour renouer avec les ambiances glauques et le style chaotique qui ont fait sa réputation.

Résultat ? Eh bien, le problème avec les albums de LUNAR AURORA, c'est qu'ils sont toujours difficiles à déchiffrer et qu'il faut toujours attendre la nuit pour apprécier correctement un album qui sonnerait comme un vulgaire brouillon cacophonique en journée. Quand bien même on l'écoute, on est obligé de faire un certain effort de concentration pour apprécier à la fois l'ambiance et la musique, bref, ce n'est pas un travail facile. Mais qui fait l'effort en sera (en tout cas ici) fortement récompensé !

Après un peu de temps et d'investissement, on alors peut s'assurer de quelques points, et d'abord qu'il s'agit là peut-être de l'album le plus violent et rapide, mais aussi le plus mélodique du groupe. Il n'y a qu'à écouter le 4e morceau qui présente une structure on ne peut plus mélodique. Hormis ce morceau, les structures sont souvent dans le style du groupe : assez anarchiques, rebondissantes, cassées, mais comme à chaque fois bien faites. Surtout qu'elles sont loin d'être linéaires et simplistes sur cet album. On le savait déjà, les Allemands de LUNAR AURORA ont l'habitude de jouer avec les riffs et les structures sans jamais se casser la tronche ! Peut-être les chœurs religieux du premier morceau sont-ils en décalage avec la structure du morceau, mais ce n'est pas bien grave : cela fait partie du charme de ce groupe, et reste un bon témoin de la manière qu'ils ont de théâtraliser à outrance leur concept !

Justement l'ambiance est excellente. Le concept est sombre, comme d'habitude, mais cette fois-ci présente aussi une touche de gothique bien prononcé ; ce genre de gothique jouant sur les vieilles pierres, les statues et le milieu fermé des cloîtres anciens. N'y cherchez pas des envolées d'ambiance lyrique à la ANOREXIA NERVOSA, LUNAR AURORA vous propose plutôt de descendre au sous-sol visiter les cryptes. En tout cas, c'est réussi, les samples ajoutés, les intro d'ambiance au début de chaque morceau et les chœurs religieux sont là pour agrémenter une musique dont les paroles sont toujours écrites dans la langue de Goethe. A noter aussi que pour une fois, l'ensemble du visuel est vraiment intéressant : on avait déjà eu chez eux un bon livret (cf. Elixir of sorrow), mais pour la première fois la pochette est bien fichue !

Enfin, l'inspiration est également au rendez-vous, et sur chaque morceau. J'avais évoqué le 4e, mais le 1er est également majestueux : toujours ces riffs agréables, cette petite mélodie qui se perd dans la brutalité et le chaos de leur style.

Bref, on ne s'ennuie pas beaucoup dans l'ensemble : chapeau à un groupe qui a retrouvé sa pleine forme !

par Baalberith, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ASMUND - Песнь кровиVINTERSORG - Ödemarkens SonMENHIR - ZiuwariCOSMIC CHURCH - YlistysSUMMONING - With Doom We Come THUS DEFILED - Wings Of The NightstormULG - WindarkTOBC - What It's like to Be UndeadPLANETSHINE - Way to NowhereKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitSALE FREUX - VindilisENSLAVED - Vikingligr Veldi

D'autres albums d'ambiance Médiévale recommandés

SATYRICON - Dark Medieval TimesPESTE NOIRE - La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescenceSUHNOPFER - OffertoireDARKENHOLD - CastellumDARKENHOLD - Memoria Sylvarum

Autres chroniques