LUCIFERIAN RITES

When the Light Dies

Après le très bon album de AEGRUS qui devrait mettre tous les fans de la scène finlandaise d'accord  je pensai avoir trouvé le sommet de l'année dans le genre. Certes, d'autres ténors sont encore annoncés (BAPTISMHAMMER, etc.), donc attendons, mais pour l'instant, je ne vois pas mieux. Et pourtant, voilà que des mexicains du nom de LUCIFERIAN RITES débarquent l'air de rien et offrent un hommage presque aussi bon, si ce n'est plus, au genre.

Je ne vous cache pas que cette formation m'était jusqu'alors totalement inconnue, mais force est de constater aux premières écoutes qu'une référence vient très vite à l'esprit, il s'agit de SARGEIST, tant la proximité est flagrante. On retrouve ces mêmes vocaux suraigus déchirés, ce riffing typique de la scène, cette façon similaire de construire les titres avec toujours un break transcendant, une rythmique haletante, et bien sûr ce son de caveau si particulier. Pas de doute, on est en terre finlandaise, aussi étrange que cela puisse paraître de la part de mexicains. Plus les écoutes passent, plus les titres rendent fou, que ce soit le titre éponyme, le break déchirant sur « Incinerated Cross », l'avancée poignante de « Rotten Creed » et j'en passe... le niveau est tout simplement impressionnant !

De plus le groupe ne se contente pas de réciter sa leçon. Déjà le jeux de batterie est en lui-même très bon, mais l'ajout de nappes de clavier sur « Garden of Spirits » a de quoi surprendre, avec une brutalité plus marquée preuve encore une fois qu'ils s'écartent légèrement de leur influence principale. Il y a de plus un panel de voix assez diversifié, avec évidemment ces vocaux hurlés typique de SARGEIST, mais aussi l'incursion de voix claires discrètes et surtout de hurlements hystériques et lointains, comme on le retrouve sur les premiers albums de NEIGE ETERNELLE ou DELETERE par exemple. Je termine en insistant sur la forte mélancolie qui émane de l'ensemble, et particulièrement sur ce dernier titre « Ghost in the Shadows » dont les arpèges n'auraient pas fait tâche chez MORTIFERA, preuve une fois encore d'une certaine variété et d'un travail évident tout au long album.

Bien sûr, avec 50 minutes au compteur, l'homogénéité globale peut se transformer pour certains en lassitude, mais je conseille vraiment d'insister si, de manière surprenante, vous n'adhérez pas après la première écoute. Les ajouts sont en effet nombreux pour qui se donne la peine d'y faire attention, et le niveau d'inspiration est hors-norme. Cela faisait longtemps que je n'avais pas entendu une telle ferveur dans des compositions aussi simples et évidentes, rien que pour ça je leur tire mon chapeau.

Bref, une réussite totale ! Moribund Records a eu le nez fin. Un album fortement conseillé aux blasés du style tout comme aux inconditionnels effrénés, celui-ci devrait convaincre en effet beaucoup de monde, du moins je l'espère.

par Blaise, le 03/09/2015

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

SENTIMEN BELTZA  - Zulo beltz eta sakon honetanMGLA - With Hearts Toward NoneWHITE DEATH - White DeathELITE - We Own the MountainsPROPAST - Věstnik PreispodnjiOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusFÖRGJORD - UhripuuLEVIATHAN (USA) - True Traitor, True WhoreTHE MARTYRIUM - TodesrunenKRIEG - The IsolationistSARKRISTA - The Evil IncarnateSIELUNVIHOLLINEN - Syvyydestä

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

AMYSTERY - All Hail the CultDARK FUNERAL - Angelus Exuro Pro EternusTORMENTOR - Anno DominiSUPPLICIUM - Atrae PoenaeOSCULUM INFAME - Axis of BloodBLACK FUNERAL - Belial ArisenBLOOD STAINED DUSK - Black Faith InquisitionCHAOS INVOCATION - Black Mirror HoursBEHEXEN - By The Blessing Of SatanWATAIN - Casus LuciferiCHADENN - ChadennAMNION - Cryptic Wanderings

Autres chroniques