LOST IN DESOLATION

Mourning I

Personne ne sera surpris que LOST IN DESOLATION soit un groupe australien, tant la vague dépressive et atmosphérique australienne s’est développée depuis quelques années avec l’activité de personnes comme Mitchell Keepin ou Tim Yatras dans des groupes comme AUSTERE ou WOODS OF DESOLATION. Car le duo de LOST IN DESOLATION joue clairement dans la veine Black atmo dépressive aujourd’hui déjà bien usitée, à la fois sans originalité,mais également sans plagiat…

A l’écoute de ces plus de 71 minutes de musique, on voit autant l’influence d’un STERBEND que d’un WOODS OF DESOLATION, voire davantage encore celle de quelques vieux groupes de la fin des années 1990. On retrouve en effet au sein de morceaux très longs (soit de 12 à plus de 17 minutes) un Black Metal très aéré qui s’étend dans la durée tout en s’accrochant à une mélodie directrice, à la guitare ou aux claviers (souvent surexploitées). Les structures sont peu travaillées, très linéaires et répétitives, avec peu de breaks et de rebondissements.

Vous allez me dire que c’est ce que veut le style. C’est vrai, mais il est alors nécessaire de s’appuyer sur une mélodie centrale de qualité, ce qui n’est pas toujours le cas ici car elle est parfois passe-partout (ex : 1er morceau). Le son est de plus assez froid, pas de grande qualité, ce qui nuit à la mise en relief de l’ensemble et au rendu. Le Black atmosphérique dépressif demande à mon sens un son plutôt chaud pour compenser la linéarité souvent inhérente de sa musique. Enfin, l’un des points les plus marquants est certainement cette voix très criarde qui se distille très régulièrement dans chaque morceau, accompagnée par moments par des voix claires pas très bien rendues.

Encore une fois, c’est la marque du style, alors ceux qui n’aiment pas passeront leur chemin ! Ne noircissons pas trop le tableau, car il y a dans cet album plusieurs bons passages et un effort évident pour développer une subtilité parfois tout à fait à propos, grâce aux claviers ou à la guitare sèche. A l’écoute de cette certaine naïveté mélodique doublée de subtilité, j’aurais tendance à rapprocher la musique de LOST IN DESOLATION de celle d’un groupe chinois méconnu du nom de MOTHER DARKNESS. Bref, il est indéniable que cette réalité renforce le rendu des compositions tout en conservant une approche dépressive voire mélancolique, très plaisante.

Visuellement, c’est simple mais efficace : le logo n’est certes pas très joli, cela même s’il est fait par Szpajdel, mais le travail infographique général est de qualité et respecte pleinement le concept dépressif de la musique. Le groupe a choisi un jeu de marrons pour le digipack en lui-même et un jeu de noir pour le livret de douze pages qui l’accompagne. Les deux concordent bien et exhibent principalement des photos de paysages plus ou moins désolés qui sont bien évocateurs. Un bon travail qui suit l’ambiance qui reste de qualité et qui nous plonge sans grand problème dans les méandres des paysages profonds et torturés des grands espaces australiens.

Un album somme toute assez cliché dans le style et qui manque parfois d’impact mélodique, mais qui reste fort intéressant, du moins pour les fans du style. Beaucoup trouveront hélas les presque 72 minutes de musique bien trop longues à digérer, surtout au vu du manque de variété musicale.

par Baalberith, le 05/05/2016

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ASMUND - Песнь кровиVINTERSORG - Ödemarkens SonMENHIR - ZiuwariCOSMIC CHURCH - YlistysSUMMONING - With Doom We Come THUS DEFILED - Wings Of The NightstormULG - WindarkTOBC - What It's like to Be UndeadPLANETSHINE - Way to NowhereKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitSALE FREUX - VindilisENSLAVED - Vikingligr Veldi

D'autres albums d'ambiance Dépressive/Suicidaire recommandés

LYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceWOODS OF DESOLATION - Torn Beyond ReasonDODSFERD - Spitting with Hatred, The Insignificance of LifeSHINING - II - Livets ÄndhållplatsGRIEFLOSS - RuinerSILENCER - Death - Pierce MeLUROR - Cease To LiveBETHLEHEM - BethlehemTHE ARRIVAL OF SATAN - Vexing VersesLIFELOVER - PulverLYRINX - Nihilistic PurityAUSTERE - To Lay Like Old Ashes

Autres chroniques