LEVIATHAN (USA)

The Tenth Sublevel Of Suicide

Fondé en 1998 par Wrest, LEVIATHAN enchaîne les démos et cd-r au point d'accumuler plus d'une dizaine de sorties aujourd'hui (2003), la plupart distribuées de façon très confidentielle. Une partie des ces titres se retrouve sur la double-compilation Verräter, une autre se retrouve ici. Wrest compose seul et enregistre seul, chez lui, la substance de ses multiples efforts, et cette vie recluse explique sans doute la teneur raw et très dépressive de ce one-man-band. Et dès lors doit-on s'étonner de ressentir l'influence de BURZUM, du vieux BURZUM, sur cet album ? BURZUM, mais aussi d'autres groupes plus raw (mélange d'un Black typiquement français et de Black d'obédience "Xasthurienne" sur "Mine Molten Armor"). Aussi est-il stupide de réduire LEVIATHAN à une pâle copie de tel ou tel groupe. D'autant que le style de Wrest est tout de même plus fouillé et développé que celui de Varg.

Se ressentent en outre des influences doomesque ou Death/Thrash, parfois dans un seul et même titre ("At The Door To The Tenth Sub Level Of Suicide"). Mais dans l'ensemble ce n'est pas sur le style musical pratiqué qu'il faut s'arrêter ici, mais bel et bien sur l'atmosphère, l'ambiance, ultra froide et triste ("He Whom Shadows Move Towards"). Haineuse aussi, mais dans une suite logique au désespoir qui plâne sur cette release. L'élément fondamental se trouve être la voix de Wrest, très impressionnante. Elle me fait penser à celle de Basilisk en plus lointaine et spectrale. D'ailleurs les deux groupes sont également assez proches niveau ambiance. Wrest est aussi maître dans l'utilisation de passages lents, parfois ambiants (vent, cloches, sons etc.), nombreux et éparpillés sur "The Tenth Sub Level Of Suicide", conférant à la musique une profondeur et une intimité indéniables ("The Bitter Emblem Of Dissolve" ou encore "Sardoniscorn" par exemple), mais aussi en conséquence un mal-être certain. Mal-être amplifié par les guitares : les riffs sont maladifs, tourmentés et la basse gronde en arrière plan (l'excellent "The Idiot Sun" ou le dernier titre "At The Door To The Tenth Sub Level Of Suicide" par exemple). Et si le tout peut sonner de façon mélodique ("The Bitter Emblem Of Dissolve"), les parties plus haineuses ne sont jamais bien loin ("Scenic Solitude And Leprosy").

En fait LEVIATHAN n'est jamais aussi bon que dans le mid-tempo, parce qu'avec la production assez harsh, les parties dysharmonieuses et chaotiques sont à la longue difficiles à supporter (l'album dure plus d'une heure). C'est le défaut majeur de cet album : le magnifique "Submersed" aurait pu clôturer cet album.
Du coup on a quelque chose de très bonne qualité mais un peu indigeste, d'autant plus que cet album manque d'aération. C'est peut être une qualité vu ce que cherche à véhiculer ce disque, mais l'écoute des titres du split avec XASHTUR par exemple est encore plus convaincante sans pour autant perdre en efficacité.

Bref, un bon album qui manque de peu l'excellence.

par Cweorth, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal avant-gardiste recommandés

TRANSCENDING BIZARRE? - The serpent's manifoldORANSSI PAZUZU - VärähtelijäORANSSI PAZUZU - ValonieluARYOS - Les Stigmates d'HécatePSYCHONAUT 4 - Have a Nice TripPESTE NOIRE - La Chaise-DyablePESTE NOIRE - L'ordure à l'état purARYOS - Prophétie AcideARYOS / REGNANT AND THRALL - A Célébration to Lilith von SiriusARYOS - Maître des Dominations CérébralesGERM - LossPENSEES NOCTURNES - Grotesque

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

ANTI - The Insignificance Of LifeGRIS - Il Etait Une Forêt...TOTALSELFHATRED - TotalselfhatredLUTOMYSL - CatharsisCHROME WAVES - Chrome WavesSHOGGOTH - Pandemia Of HatredAMNION - The Return Of Total DesolationWOLOK - Servum PecusSARKOM - Aggravation Of MindAMNION - Burn The ForestLUTOMYSL - De ProfundisLES CHANTS DE NIHIL - La Liberte Guidant le Fer

Autres chroniques