LEVIATHAN (Swe)

Far Beyond The Light

Loin d’être le groupe le plus médiatisé de la déferlante orchestrée par Selbstmord Service (SHINING, ONDSKAPT, CRAFT pour les plus connus) et qui fit les grandes heures de ce label aujourd’hui défunt, LEVIATHAN, one-man-band suédois à ne pas confondre avec l'américain du même nom, est un projet volontairement obscur, sans site officiel ni même le moindre contact. Le livret lui même est particulièrement dépouillé (ne cherchez pas de paroles). Aujourd’hui il semble avéré que c’est Sir A., connu pour ses travaux avec ARMAGEDDA, qui se tient derrière cette entité.

Unique album pour le moment, Far Beyond The Light est un monument, un bloc de noirceur : rien de véritablement haineux, mais une spirale froide et ténébreuse du début jusqu’à la dernière seconde. Rien d’implacable non plus, juste une réelle suffisance qui prend à la gorge. Trois éléments majeurs contribuent à la nette réussite de cet album. Tout d’abord, la guitare est foncièrement glaciale, et ce malgré un goût certain pour des riffs qui n’ont rien de simplistes. Au contraire, ceux-ci sont clairement travaillés. Et ce n’est pas un mince exploit de capter l’attention à la fois grâce à l’ambiance et à la technique. Ainsi plusieurs niveaux d’écoutes sont permis : on peut se laisser capter par l’atmosphère froide (le magistral "Du" qui, au travers de longs riffs déchirés, me rappelle le glorieux The Mystical Beast Of Rebellion de BLUT AUS NORD) ou bien décortiquer la richesse (toute relative, on parle ici de Black Metal, pas de prog !) des compositions, comme sur "A Timless Darkness". Ensuite, la batterie est impressionnante dans l’utilisation de la double, qui s’entend souvent plus que la caisse claire, notamment sur les parties les plus rapides. Sir A. a bien compris l’apport énorme de cet instrument. Il faut entendre la double piaffer d’impatience au démarrage de "Pleased By Your Pain" pour comprendre l’importance non seulement rythmique mais aussi musicale que la batterie occupe ici, jonglant avec naturel et aisance entre parties techniques et cavalcades véloces ("Far Beyond The Light"). Enfin, la voix toute particulière de Sir A., légèrement étouffée, lointaine mais méprisante, pour ainsi dire totalement spectrale. Parfaitement utilisée, sans surcharge ni manque, elle contribue à happer l’auditeur dans les méandres d’un Black mortuaire.
Ces trois éléments s’enchevêtrent donc pour accoucher dans la douleur d’un Black somptueux ; cependant, léger bémol, si à chaque fois l’écoute procure un plaisir indéniable (on peut sans doute se repasser "A Glorious Time Of Eternal Darkness" encore et encore sans jamais se lasser), aucun titre n’a l’accroche nécessaire pour que l’on s’en souvienne précisément (hormis "Du"). Bref l’album est uniquement et seulement un tout magistral, dont l’ambiance est fidèlement retranscrite par la pochette. C’est déjà beaucoup, certes !
Concernant la production, elle est très claire, chaque instrument est parfaitement intelligible, mais fort heureusement sans aseptiser (au contraire) le Black Metal de LEVIATHAN.

Aucune nouvelle du groupe depuis cet album, et il semble que celui-ci ait splitté, alors même que fut annoncée il y a quelques temps une future réalisation, au titre toujours évocateur de A Glorious Time Of Eternal Darkness, pour 2005, chez Vicious Recording.

Très recommandé.

par Cweorth, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARCKANUM - ÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞBILSKIRNIR - Wotan RedivivusWARLOGHE - Womb Of PestilenceULVEGR - Where the Icecold Blood StormsCRAFT - VoidTHE ARRIVAL OF SATAN - Vexing VersesBATHORY - Under the Sign of the Black MarkGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Under a Funeral MoonDARKTHRONE - Transilvanian HungerDER STÜRMER - Transcendental Racial IdealismPAGAN HELLFIRE - The Will of Night

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AOSOTH - IV - Arrow in HeartSETH - By Fire, Power Shall Be...MORTIFERA - MaledictiihHAKUJA - LegacyLUNAR AURORA - Ars MoriendiHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyKATECLYSM - Demo 2007OV HOLLOWNESS - DiminishedMORPHINIST - NebulaeMESARTHIM - AbsenceDEADWOOD - Picturing a Sense of LossULG - Windark

Autres chroniques