KVIST

For Kunsten Maa Vi Evig Vike

KVIST est une formation Norvégienne du siècle dernier. Si l'actualité du groupe est assez morne ces temps-ci, c'est tout simplement parce qu'il n'a existé que de 1993 à 1996 pour un seul album à son actif, celui-ci. Le line-up sort de nulle part et reste inconnu encore aujourd'hui, excepté Trondr Nefas qu'on retrouvera entre autre chez URGEHAL et BEASTCRAFT. C'est les italiens d'Avantgarde Music qui se chargèrent de l'affaire, même pour l'époque on a connu des débuts moins glorieux. Si cela les a sûrement aidé à avoir la reconnaissance actuelle, c'est aussi et avant tout grâce à leur musique, unique en son genre.

For Kunsten Maa... sort donc en 1996. Le groupe se démarque tout de suite des formations old school à la DARKTHRONE par un black plus édulcoré, moins haineux, et ne suit pas pour autant l'exemple d'un In The Nighside Eclipse d'EMPEROR, autre mètre étalon de l'époque. Le clavier est là sans être prépondérant, il est utilisé avec parcimonie et prend rarement le dessus (fin de "Forbannet Vaere Jorden Jeg Gar" par exemple). Un dosage assez unique, qui ne nuit pas du tout à la création d'atmosphère, au contraire.

En réalité, ce sont les guitares qui jouent un rôle majeur, avec des mélodies prenantes et une basse très présente. Le synthé n'est pas en reste et aime se faire passer pour un violon ("Stupet", "Svartedal"), le côté EMPEROR se fait d'ailleurs sentir sur ce "Stupet", où le clavier joue un rôle plus important et transporte vraiment l'auditeur. La voix est également singulière, avec une diction particulière, presque parlée, ajouté au langage incompréhensible pour nous autres cela renforce l'aspect mystique du disque et me rappelle parfois le phrasé du Sieur Satyr. Tout une époque. L'aspect occulte et mélancolique s'efface un peu sur l'avant-dernier titre, "Min Lekam Er Meg Blott En Byrd" qui se fait plus furieux, épique, voir martial par moment avec l'intervention de cymbales. Les claviers reviennent malgré tout au coeur du morceau, et se font même orgue un court instant. Un titre phare de près de 10 minutes qui nous montre tout le talent du groupe. La fin du dernier titre est elle aussi touchante et nous laisse sur une sensation de morosité.

KVIST propose donc un album intelligent, d'où se dégage une réelle sensibilité de l'ensemble. A la fois poétique, tragique et agressif, cet album demeure unique aujourd'hui encore. Un coup de maître, qui frôle l'indispensable à mon sens, et qui l'a déjà atteint pour d'autres.

par Blaise, le 01/12/2012

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

SUMMONING - Oath BoundEMPEROR - In The Nightside EclipseBURZUM - Hvis Lyset Tar OssSUMMONING - Let Mortal Heroes Sing Your FameDRAPSNATT - Hymner Till UndergångenSUMMONING - Old Mornings DawnLYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceWOODS OF DESOLATION - Torn Beyond ReasonBLUT AUS NORD - Memoria Vetusta I: Fathers of the Icy AgeSATYRICON - The ShadowthroneHECATE ENTHRONED - The Slaughter Of Innocence - A Requiem...HECATE ENTHRONED - Dark Requiems And Unsilent Massacre

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

CELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisEPHELES - Je Suis AutrefoisMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessAUGURE FUNEBRE - Au travers des forêts profondesSKYFOREST - AftermathVIOLET COLD - Magic NightVIOLET COLD - AnomieSADNESS - LeaveTRNA - Lose Yourself to Find PeaceTRNA - EarthcultVIOLET COLD - Sommermorgen (Pt. I to III)COLDWORLD - Melancholie²

Autres chroniques