KRODA

Schwartzpfad

KRODA est un groupe qui a eu son heure de gloire. Symbole d’un black pagan folk qui ne verse pas dans le festif, il a beaucoup fait parler de lui jusqu’à l’album Fimbulvinter en 2007, l’apogée du groupe selon beaucoup, et une maturité certaine. Les instruments traditionnels y étaient encore très présents, mais moins systématiques que par le passé, mieux utilisés.

Depuis, le groupe a sorti un album live, une compilation de titres retravaillés et un DVD, mais nous a fait patienter pour un nouvel album. Et en 2010, nous avons eu une petite frayeur puisque Viterzgir quittait l’entité. Lui qui était pourtant le compositeur principal mais aussi celui qui faisait les pochettes laissait ainsi seul à bord Eisenslav, et on ne donnait pas cher de sa peau. Mais comme pour NEGURA BUNGET, la surprise a été au rendez-vous.

Sur Schwarzpfad, KRODA passe encore un nouveau cap et propose un visage définitivement adulte. Après deux premières minutes assez quelconque, le premier morceau « First Snow » démarre réellement, avec des vocaux racleurs à la slave qui fument de haine, emportés par des riffs à la guitare auxquels le groupe ne nous avaient jamais habitués. Et au moment où on se dit que, même si c’est puissant, KRODA a perdu de son âme, il intervient un break typiquement pagan-folk à la 4ème minute et la magie opère. Pas d’erreur, on écoute bien un album de nos Ukrainiens préférés ! La musique s’emballe ensuite à nouveau, mais cette fois-ci les instruments traditionnels accompagnent la fureur, plus discrètement et avec moins de maladresse que dans les débuts du groupe. Un break reviendra un peu plus tard, puis le titre se termine au bout de 10mn.

Cette longueur se retrouve sur les 5 titres, comme cela avait déjà été le cas sur Fimbulvinter. L’album dure donc naturellement 50 minutes, mais sans qu’il y ait de reprises comme c’était toujours le cas jusqu’à maintenant (HYPOCRISY, HONOR, BRANIKALD). Ces morceaux sont tous très bien construits et surtout, on sent que les compositions ont été faites à la guitare avant tout. Les éléments traditionnels viennent se greffer dessus avec délice, sans devenir le seul argument du groupe. La pochette représente bien le contenu de l’opus. Alors que les couleurs assaillaient les anciennes productions (et collaient tout de même à la musique), ici on trouve plus de sobriété comme sur les photos du livret. Elles ont été prises dans les Carpathes, et invitent à un voyage au dessus des forêts, en tout point similaire à ce que la musique suggère. Sur « Forefather of Hangmen », je peux carrément fermer les yeux pendant 10 minutes tant la musique parvient à m’emporter !

Certains trouveront toujours à redire sur l’évolution du groupe qui ne leur convient pas, mais ils devraient reconnaître le talent omniprésent de cette galette. Une très belle sortie qui mériterait plus d’attention !

par Sakrifiss, le 10/10/2011

D'autres albums de Black Metal folklorique recommandés

MANEGARM - Nordstjarnans TidsalderMANEGARM - Havets VargarFINNTROLL - Midnattens WidunderFINNTROLL - Jaktens TidNOKTURNAL MORTUM - NeChristBLACK MESSIAH - Sceptre Of Black KnowledgeFINNTROLL - NattfödBLACK MESSIAH - Oath Of A WarriorFINNTROLL - Ur Jordens DjupBLACK MESSIAH - First War of the WorldBLACK MESSIAH - The Final JourneyFINNTROLL - Blodsvept

D'autres albums d'ambiance Païenne recommandés

KERMANIA - AhnenwerkORTHANC - L'amorce du DéclinCAVERNE - Aux Frontières du MondeNECROPOLE - OstaraCAVERNE - Chants des Héros OubliésPAGAN BLOOD - Lords of the SeasBILSKIRNIR - Wotan RedivivusETERNUM - Veil of Ancient DarknessFHOI MYORE - Fhoi MyoreHAVUKRUUNU - HavulinnaanARCKANUM - ÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞCONCUBIA NOCTE - Sekerou Peruna a Kladivom Thora

Autres chroniques