KAMPFAR

Djevelmakt

Depuis 1995 que le groupe existe, KAMPFAR est passé par plusieurs phases et quelques passages à vides. On se souvient du très moyen Heimgang notamment. Depuis, le groupe ne brille plus de la même étincelle qu'à la fin des années 1990 où leur style, leur production et leur son sonnait juste pour une musique bien personnelle. Ce 6e album est à mon sens à ranger du côté Heimgang pour son impact mélodique et stylistique assez terne, mais il a su également tirer parti de son indéniable expérience dans la scène Black Metal...

Certes les bases du style du groupe sont toujours là avec les riffs courts mais cycliques, les accompagnements légers mais bien présents de claviers et les structures plutôt épurées mais loin d'être simplistes. Les riffs ne s'étalent pas sur la longueur, à part à quelques moments, se mariant bien avec les claviers dont l'expression change finalement beaucoup au cours d'un même morceau. Mais voilà, les morceaux s'enchaînent sans jamais parvenir à accrocher réellement l'auditeur. Il y a des moments intéressants et quelques mélodies pertinentes, grâce aux claviers et surtout aux guitares, mais elles ne sont pas assez exploitées et mises en avant. Le son, toujours trop moderne, manque d'intérêt et d'expression malgré les touches çà et là de piano, de guitare sèche ou de flûte qui ne marquent pas assez. La construction musicale tend parfois à se noyer dans des longueurs peu louables desquelles les mélodies ressortent trop peu ou alors trop ponctuellement. Le 4e morceau est à cet égard un bon exemple : loin d'être stérile, surtout grâce aux petites touches de claviers bienvenus, il ne dévoile jamais le panache qu'il cache au fond de lui-même. Bref, il y a du potentiel et de l'inspiration, mais le relief général est trop plat, le cadre trop édulcoré et lisse, pour qu'il s'exprime pleinement.

D'un point de vue de l'ambiance, le niveau reste contestable. Certes le groupe s'est lancé depuis quelques temps dans un concept assez ésotérique bien à eux, mais ils sont bien incapables de le mettre suffisamment en forme pour que l'on y croit, même si l'atmosphère est bien là. Ce n'est pas faute d'avoir pourtant travaillé la pochette, mais trop de complexité visuelle mène finalement à une certaine incompréhension.

Sans être un raté, au contraire, Djevelmakt ne convainc pas assez : trop moderne sans être suffisamment inspiré, il accumule les clichés du genre sans jamais réellement s'en démarquer. Le groupe n'a pas perdu son potentiel, il connaît juste un peu de mal à le modéliser ! Nul doute que les fans de KAMPFAR sauront se contenter de cet album, les autres certainement moins...

par Baalberith, le 04/03/2014

D'autres albums de Black Metal recommandés

NATTFOG - Mustan Auringon RiittiDUX - VintrasKESTREL - Weather EyeDIAPSIQUIR - A.N.T.I.NEKROS MANTEIA - Deus OtiosusDYSTER - Le Cycle SénescentMURMUÜRE - MurmuüreNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryNUIT NOIRE - Fantomatic PlenitudeNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationM8L8TH - Nepokolebimaja VeraARS MORIENDI - Du tréfonds d'un être

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

DEATHSPELL OMEGA - Si Monumentum Requires CircumspiceABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanSOLEFALD - The Linear ScaffoldSPITE EXTREME WING - Non Dvcor, DvcoMURMUÜRE - MurmuüreSIGH - Imaginary SonicscapeMISOGI - Tofotukami WemitamafeGERM - WishJANVS - VegaALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryCIRRHUS - Cirrhus

Autres chroniques