IRRLYCHT

Irrlycht

Quelle bonne surprise ! Très franchement, je ne m’attendais pas du tout à ça. Après avoir effectué l’achat de cet EP, je m’attendais à tout sauf à un black aussi haineux et violent. La pochette m’évoquait plutôt un black mélancolique, dépressif, voir mélodique d’une certaine manière. Mais il s’avère qu’IRRLYCHT est une nouvelle manifestation d’une violence bestiale sans fioriture aucune pour le plaisir malsain des amateurs de True Black.

Il est nécessaire toutefois de bien noter que IRRLYCHT ne s’impose aucun primitivisme, au contraire : les compositions sont carrés, brutales mais en aucun cas « Raw ». Ce méfait est donc plus proche d’un HORNA (Pimeyden Hehku, EP sorti en 2007) que d’un énième ersatz darkthronien. Nos malfaisants blasphémateurs ne sont pas des néophytes en matière de Black puisque nombre d’entre eux officient dans d’autres formations comme CHANT OF BLASPHEMY, CAEDES, GEWEIH qui ont déjà de la bouteille dans le milieu mais ayant rarement eu l’occasion de concrétiser un véritable album studio. Pourtant, nos routards ont des arguments qu’ils ne manquent pas d’exprimer dans cette nouvelle formation.

Toute première sortie, cet EP s’érige en exemple car il conserve toute son efficacité durant les 28 minutes que dure cette manifestation misanthropique qui s’autorise ça et là quelques incursions mélodiques entre deux vomissures du talentueux vocaliste Isegrimm (l‘excellent « Urangst »). Toute la puissance d’IRRLYCHT réside dans l’habile duo de guitaristes oeuvrant de concert pour offrir une orgie de riffs évoquant une pléthore de classiques du genre (nous avons déjà évoqué HORNA mais on pense également quelques fois à VARGSANG, ou encore un peu du BAPTISM de Morbid Wings Of Sathanas par exemple), basse et batterie assumant leurs rôles rythmique à merveille dans cette ode maléfique à la gloire de la médiocrité humaine. C’est donc dans ces conditions idéales qu’IRRLYCHT nous offre 4 titres originaux ainsi qu’une très bonne reprise de BEHEMOTH « From The Pagan Vastland » (une reprise d’un titre issu du premier album Sventevith, avant que le groupe ne se transforme en insipide formation Black/Death).

Irrlycht est donc plus qu’un coup d’essai, c’est une entrée en matière d’instrumentistes talentueux qui fait mouche dès les premières notes pour nous emporter dans un immonde tourbillon diabolique. Vivement le premier album !

par DreamSquare, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

CLANDESTINE BLAZE - Fist of the Northern DestroyerCLANDESTINE BLAZE - City of SlaughterDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyDARKTHRONE - Under a Funeral MoonBATHORY - Under the Sign of the Black MarkGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Transilvanian HungerGRAVEN - Reborn Misanthropic SpiritPESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyAUTARCIE - Retour en crassePHLEGEIN - From the Land of DeathNADIWRATH - Circle of Pest

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

EMPEROR - Anthems To The Welkin At DuskEMPEROR - In The Nightside EclipseTAAKE - Nattestid Ser Porten VidOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftOBTAINED ENSLAVEMENT - SoulblightOBSIDIAN GATE - The Nightspectral VoyageSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ARTHEMESIA - Deus-IratusDIMMU BORGIR - StormblastLORD BELIAL - Enter The Moonlight GateLUNAR AURORA - Ars Moriendi

Autres chroniques