INFERI

Shores of Sorrow

INFERI sort ici son premier et seul album à ce jour (2013), après deux démos et 3 ans d'existence. Depuis, rien. Aux manettes, on retrouve Fyrdkal, jouant notamment dans KADOTUS. Ici, rien à voir avec ce dernier, INFERI est en effet à ranger du côté des groupes pratiquant un Black Metal atmosphérique à tendance dépressif et mélancolique.

La recette est ainsi bien connue de tous : rythme mid-tempo, morceaux à rallonge (c'est-à-dire 4 morceaux compris entre plus de 10 minutes et presque 14 minutes et demie) et linéarité accrue des structures. Ce Shores of Sorrow a beau dater de 2006, c'est exactement ce à quoi nous avons le droit. Après plusieurs minutes d'écoute, on se rend compte que c'est la même ligne mélodique directrice qui se distille lentement dans nos oreilles, et on comprend qu'elle ne nous lâchera pas avant la fin du morceau. Comme pour les autres morceaux, c'est les guitares qui font tout. Bref, pas facile avec cela d'être efficace, il faut avoir de bons riffs et quelques atouts dans sa manche ! Difficile de dire qu'INFERI les possède, loin s'en faut : il lui manque des ingrédients, à commencer par une voix plus prononcée. Celle-ci reste haineuse et bien Black, mais pas assez personnalisée à mon goût. Une voix bien criarde comme celle sur le Dwelling Lifeless de STERBEND (pour citer un album pas très différent, bien qu'axé sur les claviers) aurait été plus pertinent. Les mélodies ne sont pas assez accrocheuses pour attirer l'attention de l'auditeur lambda, et d'autres groupes postérieurs qu'il est inutile de citer, feront mieux. Mais parfois le groupe se réveille et, toujours dans le même style, le 2e morceau se révèle bien meilleur (le seul morceau vraiment digne d'intérêt en fait), avec cette fois-ci un riff accrocheur.

Le visuel n'offre guère d'intérêt, même si la pochette, en aquarelle noir et reproduite ici en noir et blanc, est intéressante. A côté, le livret ne présente que quatre pages et l'ensemble est composé de filigranes sans intérêt. Quant à l'ambiance, celle-ci reste de qualité (en même temps avec le style c'eut été dommage), plongeant l'auditeur dans une torpeur mélancolique continue (parfois rébarbative cependant).

Un album à réserver aux fans des MORTUALIA et confrères, qui sans être tout à fait mauvais, ne se dégage pas suffisamment des autres albums du type pour rester dans les annales...

par Baalberith, le 30/10/2013

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdTHIASOS DIONYSOS - SatyrDRAUGNIM - Horizons LowBORKR - AmberOSCULUM INFAME - Dor-Nu-FauglithMOTHER DARKNESS - One Hundred Years of EmptinessAUSTERE / ISOLATION - BleakDRUDKH - Autumn AuroraKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitENTHRONED - Prophecies of Pagan FireERED WETHRIN - Tides of WarVINTERSORG - Ödemarkens Son

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

BLODSRIT - HelvetshymnerHELLSAW - TristANCIENT - SvartalvheimSALE FREUX - VindilisPESTE NOIRE - La Chaise-DyableSALE FREUX - Adieu, vat !ASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieMORTIS MUTILATI - Mélopée FunèbreBAISE MA HACHE - Le Grand SuicideMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessBLOOD STRONGHOLD - From Sepulchral Remains...OWL'S BLOOD - Cold Night of Meditation

Autres chroniques