HYPERION

Seraphical Euphony

Nouveau venu sur la scène, et déniché par le label Black Lion Records, HYPERION suit donc les pas de VINDLAND dans l'efficacité décapante manquant d'originalité. Originaire de Suède, le groupe qui contient en son sein trois guitaristes nous livre ici un premier album contenant un mélange de pistes nouvelles et de pistes ré-enrigtrées provenant d'une démo précédente.

Ce Seraphical Euphony nous sert un black metal racé, où les influences heavy et surtout death metal se font très présentes ; au dessus de cet album planent les ombres des grands d'antan que furent DISSECTION et EMPEROR

On peut déjà noter la grande maîtrise instrumentale des membres du groupe : les compositions sont ultra carrées, rien à ajouter de coté là ; les guitaristes sont techniquement très bons (encore heureux vu le genre) et donnent un peu dans la démonstration - quitte à aller à mon avis trop loin en sweepant et en tombant dans le néo-classique. En tout cas si vous appréciez les performance à la six cordes, cela devrait vous ravir. Les interludes de guitare acoustique, à la DISSECTION, sont par ailleurs nombreuses mais réussies, comme le prouve l'introduction "Remnants of the Fallen". Les autres musiciens ne sont pas en reste, le niveau reste très bon ; la production rend la batterie un peu faiblarde à mon avis, et la production est ultra-clean. Le chant est déchiré sans être particulièrement black metal, et on a parfois droit à des voix claires (mauvaises, cf. "Blood of the Ancients"). Les vocaux sont variés, partagés entre hurlements blacks et growls hachés plutôt death. Quelques synthés viennent de plus renforcer certaines mélodies.

Le rythme est généralement soutenu, et les blasts sont agréablement récurrents. Les chansons arrivent à garder une certaine accroche, un certain souffle entraînant, à la fois en raison du rythme et des mélodies parfois épiques, impression soutenue par des claviers au diapason (clavecin...). On lorgne parfois même du côté d'AT THE GATES, du vieux IN FLAMES (argh) quand le coté death mélodique est particulièrement au premier plan ("Moral Evasion"), mais heureusement on revient assez vite dans des contrées plus black. Le groupe ne rechigne pas non plus aux passages blastés accompagnés de claviers dans la veine symphonique soutenue.

Dès les premières écoutes, on est pris par l'album, et on a envie de se le repasser pour profiter de nouveau de ces pistes et des ces grattes majestueuses, ce qui fait un point commun avec les albums de DISSECTION. Je dois avouer que la masse de travail est conséquente et je leur tire mon chapeau car il est plutôt rare d'avoir affaire à un premier album de cette qualité et de cette complexité. Bon en même temps, quand on fonde un groupe en 2007 et qu'on sort son premier album en 2017, on a le temps de peaufiner.

L'avantage du coup c'est que l'album fait cinquante deux minutes. Les pistes sont complexes, variées, et enchaînent arpèges acoustiques, blast-beats, soli excessifs, breaks grandiloquents ou acoustiques, montées épiques, et quelques passages rappelant subrepticement TRANSCENDING BIZARRE? ; bref on ne s'ennuie pas du tout. Certains riffs sont vraiment excellents bien qu'on ressente une certaine irrégularité le long de l'album. On s'y perd un petit peu parfois mais les morceaux les plus marquants sont bien répartis dans l'album (2è piste, 4è, 9è). 

Coté concept, on est dans un mélange guerroyant d'empire Romain et d'invasion barbares ("Saturn is fallen, am I too to fall?", "A fraction of Genghis's legion was sent"), bien que les paroles soient inutilement complexes - on voit que l'anglais n'est pas leur langue maternelle. Mais on se laisse entraîner sans trop de peine dans cet univers surtout sous ses aspects les plus épiques.

Pour trouver quelques ombres à ce tableau somme toute très positif, personnellement je trouve que certains leads et solos sont vraiment exagérés, que certains plans auraient plus leur place dans un album de heavy que dans un album de black ou même de death mélodique. Ceux qui sont irrités par le branlage de manche en auront vite marre. On pourra rajouter le coté reprise d'ingrédients un peu trop systématique (guitares acoustiques), ou encore le fait que l'inspiration et le rendu ne soient pas encore du niveau de leurs glorieux aînés (mais est-ce seulement possible ?).

Pour conclure c'est une bonne surprise, un premier album efficace dans un genre finalement peu courant ; passé un peu inaperçu mais qui mérite amplement qu'on y accorde de l'attention. En espérant que le suivant ne mette pas dix ans à sortir.


par obsoletedream, le 31/03/2017

D'autres albums de Black Death Metal recommandés

BESTIAL WARLUST - Blood and ValourABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanTERRODROWN - Colonize And RegulateLORD BELIAL - Enter The Moonlight GateBORGIA - Promo MMVIIZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)DISSECTION - Storm of the Light's BaneEVOHE - Tellus MaterSEELENTOD - The Ageless DynastyCRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshDISSECTION - The SomberlainAMON - The Worship

D'autres albums d'ambiance Epique/Fantasy recommandés

ASTARTE - Rise From WithinASTARTE - Quod Superius, Sicut InferiusVORDVEN - Towards The Frozen StreamsSUMMONING - Minas MorgulSUMMONING - Dol GuldurSUMMONING - Nightshade ForestsSUMMONING - StrongholdSUMMONING - Let Mortal Heroes Sing Your FameBLACK MESSIAH - Sceptre Of Black KnowledgeSTORMLORD - Supreme Art Of WarBLACK MESSIAH - Oath Of A WarriorSUMMONING - Oath Bound

Autres chroniques