HORNA

Sanojesi Äärelle

Quand je pense à HORNA, j’ai toujours deux choses en mémoire : leur discographie difficile à suivre tant il y a de splits, EP et albums, et aussi la quasi-unanimité qu’ils font dans le monde du Black Metal. Ils ne sont peut-être pas considérés comme LE groupe phare, mais personne ne crache sur eux. La raison ? Sûrement ont-ils des sorties aux styles variés dont au moins une aura tapé dans l’œil de chacun. Les amateurs de Black agressif, mais aussi ceux de Black Metal plus mélodieux ont déjà trouvé leur bonheur chez HORNA.

Cette fois-ci, le groupe de Finlande revient avec un double album qui vient répondre à une question que je me posais depuis des lustres : « Quel album présenterais-je pour faire comprendre la variété et les émotions dégagées par le Black Metal ? ». C’est évident, cet album est un modèle. Je peux imaginer la réaction de l’auditeur encore vierge.

Une première écoute du premier CD, et il sera pantois. Il aura peut-être même un sourire et sans aucun doute des réflexions du style : « C’est rentre-dedans. C’est toujours la même chose. C’est une bouillie sonore… ». C’est clair que HORNA n’est pas du petit lait. Commencer avec des titres directs qui tournent autour des 4-5 minutes, ça rebutera. Cette première rondelle est plus proche de TSJUDER que de CRADLE OF FILTH.

Mais allez, notre cobaye est curieux et il accepte une deuxième écoute de ce premier disque. Là, déjà, il se rend compte des nuances : « Il y a des parties qui viennent faire taper du pied (« Wikinger ») ou même des mélodies en fond ! Et les cris du vocaliste amènent en fait une sacrée tension ! (« Orjaroihu ») ». Ça y est, il est ferré.

Ensuite, il écoutera encore et encore l’album pour se familiariser avec celui-ci comme tous les auditeurs avisés que nous sommes le faisons avec les bons albums. Il dira aussi que le Black Metal est bien vilain, suintant de malfaisance. Et c’est là qu’on ira l’achever en lui mettant le deuxième CD de cet album.

« Seulement 4 titres, et ils sont bien plus longs… entre 7 et 11 minutes. En plus il y a de longues parties instrumentales qui donnent une ambiance mélancolique absente sur le premier CD. C’est le même groupe, mais avec une finesse. La musique joue plus sur des sentiments tristes ».
C’est ça. HORNA nous donne une sacrée leçon. Le Black Metal est noir. Pas seulement noir de haine, mais noir de peur, noir d’incompréhension et il peut aussi bien parler de forces que de faiblesses. Alors même si mon auditeur novice idéal n’existe pas, cet album, si ! Deux CD pour un album majestueux. Indispensable.

par Sakrifiss, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

PANPHAGE - JordONDSKAPT - Draco Sit Mihi DuxRIENAUS - SaatanalleWHITE DEATH - White DeathCATACOMBES - "Le Démoniaque"ABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisDARK SONORITY - KaosrekviemWATAIN - Casus LuciferiFÖRGJORD - UhripuuPANPHAGE - DrengskaprGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)MAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral Might

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

EMPEROR - Anthems To The Welkin At DuskEMPEROR - In The Nightside EclipseTAAKE - Nattestid Ser Porten VidOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftOBTAINED ENSLAVEMENT - SoulblightOBSIDIAN GATE - The Nightspectral VoyageSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ARTHEMESIA - Deus-IratusDIMMU BORGIR - StormblastLUNAR AURORA - Ars MoriendiMISTELTEIN - Rape In Rapture

Autres chroniques