HOLDAAR

Year 120-th

J’adore la scène russe. Mais je l’adore à un point tel que je pourrais l’écrire en majuscules. « J’ADORE LA SCENE RUSSE !!! ». Bon, ça c’est fait ! Et j’en vois certains se demander ce que c’est que la scène russe. Oui, comme partout les groupes y officient dans des genres variés, mais je ne parle pas de SATARIAL ou d’ARKONA, qui peuvent être agréables à leurs heures, mais de groupes tels BRANIKALD, NITBERG, M8L8TH et SONS OF NORTH.
 Leur point commun est un black metal furieux et à vif, dévastateur mais aussi emprunt de touches mélancoliques ou mélodiques légères et mises en retrait. Derrière une haine immense dégueulée en pleine face, on retrouve chez toutes ces formations des miettes de désespoir. HOLDAAR s’inscrit dans cette branche de black et copie allégrement le déjà cité SONS OF NORTH. C’est flagrant et ça ne concerne pas que la musique, mais également les thèmes abordés : du NS bête et méchant de prime abord.
 Si HOLDAAR est né en 2004 sous l’impulsion du seul Skilar Blackwings, il s’est adjoint les services de Dmitriy aux vocaux et guitares pour cet album. Ensemble, ils nous assènent donc un NSBM aux guitares saturées, aux claviers légers et aux vocaux trafiqués à l’extrème et crachés en russe. La batterie - qui ressemble plutôt à une BAR, mais à en croire le livret, c’est une batterie - participe beaucoup aux ambiances et retentit comme une kalachnikov, prenant parfois une mesure martiale comme sur « Wolf Anger » (traduction du 2ème morceau).
 En tout cas, l’ensemble est très agressif. Seulement les musiciens savent laisser la place à de malins subterfurges qui font tendre l’oreille. Ainsi, « Man of Horror » (Sixième piste) est un titre très cru, mais qui s’éclaire par un bref riff en plein milieu et par son final mélant chants de guerre et sample d’artillerie. Ailleurs, nous trouvons des passages folk de courte durée, faisant un pont avec TEMNOZOR et KRODA. Bref, l’album recelle d’apports bénéfiques qui ne font pas l’erreur d’être longs. On peut tiquer sur quelques sonorités comme l’instrument traditionnel utilisé en intro et outro de « Russian North », mais cela ne concerne que quelques secondes et ne change rien au final : cet album est un bon condensé de haine agrémenté d’épices savoureuses. De plus, les morceaux sont assez courts, suffisamment pour ne pas entrainer l’ennui. Sur 11 morceaux, deux dépassent légèrement les 5 minutes, et le reste oscille autour des 3.30.
 Sans que cet album ne puisse devenir un incontournable, il a ce qu’il faut d’animosité, de personnalité et de sincérité pour donner envie d’être réécouté encore et encore. Pour ceux qui connaissent les albums précédents, celui-ci est dans la même veine, mais avec plus de maîtrise, de saveurs et d'efficacité.
http://www.myspace.com/holdaar

par Sakrifiss, le 29/09/2011

D'autres albums de Black Metal brutal recommandés

AMNION - Cryptic WanderingsCRYSTALIUM - De Aeternitate CommandoTSJUDER - Legion HelveteNIDEN DIV. 187 - In the Twilight of WarSATYRICON - The Age of NeroLES CHANTS DE NIHIL - La Liberte Guidant le Fer MARDUK - WarschauVALKYRJA - The Invocation of DemiseANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The EvangelikumAIGRO MUCIFELAM - Lost Sounds Depraved1349 - HellfireHANDFUL OF HATE - You Will Bleed

D'autres albums d'ambiance NS recommandés

PIAREVARACIEN - If No SunWOLFNACHT - Project OrdensburgDER STÜRMER - Transcendental Racial IdealismWARWULF - Forgotten Dreams of a Lost EmpireBILSKIRNIR - WotansvolkNITBERG - NagelreidWSCHOD - O Dumie, Sile i OgniuCRIPTA OCULTA - Ecos dos Dólmens EsquecidosPANTHEON - Draugrs DaugARYAN ART - ...I Berem Plodovete Na Nasheto NehajstvoM8L8TH - Nepokolebimaja VeraAD HOMINEM - Dictator - A Monument Of Glory

Autres chroniques