HELRUNAR

Sól

Pas facile de chroniquer un album de plus de 1h30 ! Pour la chronique j'ai donc considéré l'ensemble comme un seul et unique produit où les morceaux seraient numérotés de 1 à 15. En réalité, un 1er CD concerne les 8 premiers titres, le reste correspond à un second CD. En tout cas, on se plaint souvent, et moi le premier, de la durée trop courte des opi proposés par les groupes de Black Metal, mais là nous en avons pour notre argent ! En tout cas sur la forme, car sur le fond c'est plus contestable...

En effet, difficile d'accrocher d'un bout à l'autre de l'album. Sur la forme pas grand-chose à dire, comme souvent dans les groupes de Black Metal expérimentés et matures. Il y a du travail au sein des structures musicales pour des morceaux souvent assez longs. L'ensemble demande ainsi une attention particulière durant toute la durée au risque d'en perdre le fil. Certains y verront un signe de qualité (notamment les plus métalleux d'entre eux et les moins blackists, si je puis dire), personnellement c'est plutôt un bon témoin de l'incapacité d'un groupe à maîtriser leur style. Pas besoin de perdre l'auditeur dans les méandres d'une construction musicale plus insipide qu'efficace pour faire quelque chose de complexe, EMPEROR l'a prouvé avec Anthems..., ANOREXIA NERVOSA avec Drudenhaus ! Donc là où ça pêche c'est sur l'inspiration (sans blague ?!), car les passages intéressants sont rares (encore plus dans le second CD que dans le premier). La construction musicale est certes travaillée, mais bien trop coupée, hachée, pour être crédible. Quelques fois, les breaks sont pertinents, c'est le cas par exemple des ajouts de guitare sèche, tout à fait judicieux (ex : 6e morceau) ou de quelques morceaux-breaks comme le 7. Le rythme reste assez variée, pas mal de moments assez calmes (ex : 3e, 10e et 13e morceaux), parfois moins (ex : 8e morceau). Au final, les quelques moments intéressants d'un point de vue du rendu des compos se résument à de courts passages, comme sur les 2e, 4e ou 12e morceaux, où un riff ou deux montrent qu'ils n'ont pas tout perdu de l'inspiration du précédent album. Dans l'ensemble de l'écoute de l'album, on s'ennuie beaucoup et c'est bien dommage de devoir noter tant d'albums dans la scène Black Metal où le travail musical l'emporte totalement ou presque sur l'inspiration et/ou l'ambiance (qui sont je pense les deux pierres angulaires de l'édifice de cette scène). Bon, gageons que ce n'est pas forcément le cas de cet album, mais il s'en approche...

Si HELRUNAR a voulu évoluer, c'est également sur leur concept. Ce premier est en effet plus que jamais païen à en croire la volonté du groupe, mais à l'image d'un ENSLAVED qui avait on se rappelle emprunté un nouveau chemin avec Monumension, HELRUNAR s'oriente davantage sur cet album dans un trip plus spirituel et psychologique. Les nombreux passages narrés qui viennent entrecouper leur musique en sont une preuve parmi d'autres. Cela m'amène logiquement au visuel. La version que j'ai est un promo digital qui ne me permet pas d'en juger pleinement, mais j'ai accès à quelques images de l'artwork. J'ai donc l'impression que l'objet est de qualité, avec un jeu de couleurs sombres-marron ma foi pertinent. Du coup leur concept païen plus que jamais spirituel et imagé en sort grandi. A ce sujet, c'est marrant mais à les voir se balader avec leur bel ensemble soigné, je ne peux m'empêcher de penser à Ihsahn et son évolution musicale sur le dernier EMPEROR et sur ses groupes parallèles depuis le début des années 2000. A croire que dès que l'on voit ce genre de « posing », on peut être sûr qu'on aura affaire à de la musique mature plus proche de la « branlette » technique et conceptuel que des canons bm plus efficaces et inspirés. Bon, c'est une lubie de nombreux groupes depuis justement le début des années 2000, on ne va pas s'étonner...

Un album certes plus mûr musicalement, mais assez (très ?) mitigé et peu inspiré. A réserver aux fans du groupe uniquement ou à ceux qui aiment la musique « mature » !

par Baalberith, le 24/01/2011

D'autres albums de Black Metal progressif recommandés

SOLSTAFIR - KöldTHE WOLVES OF AVALON - Carrion Crows Over CamlanTWILIGHT (USA) - Monument to Time EndARS MORIENDI - L'Oppression du RienFARSOT. - IIIITHE RUINS OF BEVERAST - Unlock The ShrineENSLAVED - RIITIIRNOKTURNAL MORTUM - The Voice of Steel

D'autres albums d'ambiance Païenne recommandés

ELITE - We Own the MountainsARCKANUM - KostogherKERMANIA - AhnenwerkETERNUM - Veil of Ancient DarknessFINSTERFORST - WeltenkraftHEIMDALLS WACHT - Ut de graute olle Tied - Deel IHEIMDALLS WACHT - Nichtorte....oder die Geistreise des RunenschamanenSELVANS - LupercaliaVINDLAND - Hanter savetFINNTROLL - Ur Jordens DjupORTHANC - L'amorce du DéclinKRODA - Schwartzpfad

Autres chroniques