GRAVSANG

La dine taarer livet begrave

Cela fait une dizaine d’années que l’on pensait que la Norvège était morte, tant le royaume nordique n’offrait guère plus de bons albums. Ce jeune duo nommé GRAVSANG, dont on remarque la présence de l’homme-orchestre de SKAUR et qui nous offre ici son premier album, est donc véritablement le bienvenu, d’autant plus qu’il n’officie pas dans un style très classique pour son pays.

Pourquoi ? Parce que si nous avons affaire ici à un Black très marqué par les atmosphères, ce groupe a recours à un style éthéré pour une musique classique dans son approche mélodique, mais moins par sa construction musicale. Cette dernière bénéficie en effet de pas mal de breaks et de rebondissements qui viennent intelligemment couper le rythme général,toujours avec des lignes de guitares noyées dans les claviers. Cependant, la batterie, bien mise en avant, ajoute un côté déstructuré à l’ensemble, de même que cette voix éraillée assez typique du DSBM. Les guitares sont, de plus, loin d’être inaudibles au sein de structures musicales variées.

De nombreux passages, très subtils et calmes, au violon, au piano ou à la guitare sèche, empreints d’une atmosphère presque magique (au sens réel du terme), viennent impressionner la musique et donc l’auditeur. Le rendu général pourrait faire peur, mais il n’en est rien, car la maîtrise du style offre des compositions à la fois inspirées et prenantes, comme sur le morceau 3. Au final, c’est une musique efficace et prenante, basée sur un rythme plutôt mid-tempo, qui plaira à bon nombre de fans de Black.

Visuellement, la présentation est simple. La pochette est sans fioritures, mais très bien faite et très évocatrice, avec un logo certes franchement mis en avant, mais de qualité. Le reste du digipak est baigné dans le même ensemble noir et blanc de belle facture, à la fois esthétique et mystérieux, alors que le livret 8 pages offre un assortiment de pages avec un travail infographique léger (mais suffisant) pour donner l’impression d’un vieux grimoire.

Côté ambiance, c’est une évidence que de souligner que les atmosphères sont présentes, c’en est une autre que de les définir correctement. En effet, si l’approche Nature semble dominer, avec celle de la mélancolie, voire d’une certaine torpeur dépressive, elles sont associées à quelque chose de sombre, qui s’empare inévitablement de l’auditeur. Finalement, ce mélange agit de belle manière et c’est le principal.

Une très bonne surprise : une musique belle et fine à qui il manque un peu d’inspiration et d’impact mélodique pour talonner des formations comme DRAPSNATT. En espérant que le prochain album sera encore meilleur !

par Baalberith, le 24/10/2016

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsNAGELFAR - Hünengrab im HerbstKVIST - For Kunsten Maa Vi Evig VikeLUNAR AURORA - Ars MoriendiLUNAR AURORA - Elixir Of SorrowLUNAR AURORA - AndachtSUMMONING - Minas MorgulSUMMONING - Dol GuldurSUMMONING - Nightshade Forests

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

BLODSRIT - HelvetshymnerHELLSAW - TristANCIENT - SvartalvheimSALE FREUX - VindilisPESTE NOIRE - La Chaise-DyableSALE FREUX - Adieu, vat !ASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieMORTIS MUTILATI - Mélopée FunèbreBAISE MA HACHE - Le Grand SuicideMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessBLOOD STRONGHOLD - From Sepulchral Remains...OWL'S BLOOD - Cold Night of Meditation

Autres chroniques