GRAVEWORM

[N]Utopia

Je ne crois pas utile de préciser, vu mes autres chroniques du groupe, que je suis un fan du groupe. Il apparaît donc évident que cet album m'a déçu. Non pas qu'il soit mauvais, mais il inaugure apparemment une nouvelle voie pour GRAVEWORM qui n'annonce rien de bon !

Je ne sais pas si c’est la signature chez Nuclear Blast qui commence à monter à la tête des Italiens, mais il est indéniable que l’'on retrouve sur cet album les stéréotypes collant à la peau de toute musique Metal extrême aujourd’hui : la polyvalence des influences métalliques (Heavy et Death), le son bien pro et la technique mis en avant au risque de (ou pour) cacher l'absence d'inspiration dans les compositions. Bon ça reste du GRAVEWORM et la symphonie est toujours bien présente, mais fini les morceaux bien accrocheurs et les atmosphères prenantes, où la voix haineuse de Stefan se mêlait au clavier de sa partenaire et compagne…. Ils ne sont certes pas absents de ce nouvel opus, mais ils se mélangent avec un Metal bien plus conventionnel au sein duquel les guitares prennent pour la première fois le dessus. A qui la faute ? Certainement à Lukas Flarer, le guitariste soudainement devenu (on ne sait pourquoi) le principal compositeur de cet album.

Cependant, l’'erreur serait de se bloquer sur ces quelques constats et de ne pas aller plus loin et de ne pas reconnaître que les compos restent pour plusieurs d'entre elles bien inspirées, et je ne parle pas du superbe 5e morceau ("Timeless"), avec un « refrain » superbe, typiquement "Gravewormien". Bien sûr il y a cette influence Death trop présente et les 3e et 4e morceaux sont là pour enfoncer le clou de la déception : les riffs s'en ressentent et nuisent à une musique qui doit être naturellement limpide et fluide chez GRAVEWORM ;la voix Death gêne également en raison d'une présence trop prononcée. Bien sûr aussi il y a ce manque de finesse et de breaks subtiles, mais est-ce vraiment suffisant pour venir à bout de la globalité ? Je ne crois pas.

Ca n'aide par contre pas du tout à établir un bon concept. Celui-ci est resté le même et si l'ensemble du visuel est bien joli, tout de bleu vêtu, un brin éthéré, le concept gothique n'arrive pas à se ressentir à cause d'une ambiance presque absente. Il y a certes encore quelques passages probants, grâce aux symphonies, mais on est loin de l'ancien GRAVEWORM.

Le moins bon album du groupe depuis ses débuts, il n'est pourtant pas à ignorer.

par Baalberith, le 30/04/2012

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

ANOREXIA NERVOSA - Redemption ProcessPENUMBRA - EmanatePENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaMOONSORROW - Suden UniMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraMOONSORROW - KivenkantajaMOONSORROW - V: Hävitetty

D'autres albums d'ambiance Gothique/Romantique recommandés

ANOREXIA NERVOSA - DrudenhausPENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - When Daylight's GoneGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaTARTAROS - The Grand Psychotic CastleVAMPIRIA - Among MortalsCRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshCRADLE OF FILTH - Vempire (Or Dark Faerytales In Phallustein)CRADLE OF FILTH - Dusk And Her Embrace

Autres chroniques