GRAVEWORM

As The Angels Reach The Beauty

Aaaahhh ! La fin des années 90 (et le tout début des années 2000), l'époque où l'on savait faire du Black Metal symphonique de qualité ! L'époque où GRAVEWORM était au mieux de sa forme !

Après des débuts très prometteurs en 1997 et 98, le groupe italien prouve ici parfaitement son talent grâce à une excellente symbiose entre quatre atouts majeurs. D'abord la présence d'une voix superbe, peut-être l'une des plus belles qui m'ait été d'entendre avec celle d'Henri de THROES OF DAWN : haineuse, profonde et presque cristalline dans son style, elle pénètre parfaitement l'auditeur et se marie admirablement avec la musique en soutenant très bien l'ambiance. Cette dernière est d'ailleurs le 2e atout du groupe : parfaitement établie, elle se base sur un concept gothique et un peu épique d'une grande subtilité. Les images viennent d'emblée à l'esprit ! Bien dommage par contre que le visuel soit si peu travaillé. La pochette est en effet bien belle et rend bien compte du concept, mais l'ensemble du livret est un peu décousu et manque vraiment d'homogénéité et de rendu. Il génère une succession de thématiques un peu trop généralistes, en tout cas mal reliées entre elles visuellement. Par contre, musicalement la qualité est bien là. Le 3e atout de GRAVEWORM réside en effet dans la qualité symphonique de cet opus : celles-ci, omniprésentes ou presque, confèrent une subtilité à la musique tout à fait exemplaire, pour un rythme changeant mais rarement rapide. La présence très intelligente (et donc ponctuelle) de violons permet d'ailleurs de soutenir de manière pertinente cette symphonie. Elles s'intègrent remarquablement dans des structures très bien maîtrisées et servies par des guitares et une batterie au niveau tout à fait respectables pour le style. Ces premières génèrent quelques mélodies et participent aux principales élaborées par les claviers. Ce n'est donc pas tant dans la qualité technique que l'on juge cet album que dans la maîtrise d'un style qui conduit l'auditeur là où c'était prévu. C'est bien là l'essentiel dans le Black Metal ! Enfin, la qualité des compos est de très haute volée : chaque morceau reste dans l'esprit et construit de bien belles mélodies. Seul le 6e morceau, un instrumental basé sur un travail en percussions, est à mon avis dispensable.

Le meilleur album de GRAVEWORM ? Entre celui-ci est l'excellent Scourge of Malice qui suit, mon cœur balance, en tout cas il s'agit des deux albums du groupe à connaître absolument ! Cela se résume en un mot : envoûtant.

par Baalberith, le 21/06/2012

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

PENUMBRA - EmanatePENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaMOONSORROW - Suden UniMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraMOONSORROW - KivenkantajaNOKTURNAL MORTUM - Goat HornsOBSIDIAN GATE - The Nightspectral VoyageOBSIDIAN GATE - Colossal Christhunt

D'autres albums d'ambiance Gothique/Romantique recommandés

ZWARTPLAAG - HaatstormVAMPIRIA - Among MortalsFAR BEYOND - An Angel´s RequiemGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - When Daylight's GonePENUMBRA - The Last BewitchmentBELENOS - L'ancien TempsANOREXIA NERVOSA - DrudenhausGRAVEWORM - Engraved In BlackLIMBONIC ART - In Abhorrence DementiaTARTAROS - The Grand Psychotic CastleMORGUL - Parody Of The Mass

Autres chroniques