GRATZUG

V: Meyster

Depuis 2011, le groupe bavarois en est à son cinquième album, sans compter les EP, les démos et les splits. C’est donc à un rythme soutenu que le one-man-band produit sa musique. Il est vrai que lorsque l’on est seul et que l’on ne fait rien d’autre à côté (dans la scène extrême, j’entends), ça laisse un peu de temps.

Aucune surprise sur cet album, on l’aurait deviné. Nous avons encore une fois un album de Black Metal à la fois mélodique et atmosphérique, exploitant des structures très classiques : mélodies plus ou moins directrices avec reprise en refrains éventuelle ; ajouts de claviers en atmosphère ou pour parfaire l’aspect mélodique ; voix Black un peu criarde et rythme ni trop lent, ni trop rapide. La technique se limite à l’essentiel, visant à rendre la musique crédible et jamais à s’attarder sur du superficiel.

GRATZUG est un vrai groupe atmo-mélodique des années 1990, dans ce sens où il possède un véritable travail de composition dans le rendu mélodique sans pour autant bénéficier de réels talents techniques. La chose est devenue rare aujourd'hui où la plupart des groupes possèdent soit de bonnes capacités techniques, sans être capable de composer, soit rien de tout cela mais en persistant à vouloir sortir quelque chose. Chez GRATZUG, le pari a donc été  de proposer d’abord du rendu mélodique, comme les gamins de vingt ans qui jouaient du Black Metal à la fin des années 1990, donc avec le niveau technique du moment. Rappelez-vous des anciens albums de MEPHISTOPHELES, de DARZAMAT, d’AISLING, de NEBULARMOON ou de DIES ATER et vous comprendrez de quoi je parle…

Visuellement, le digipack en carton glacé est agréable, mais il est dépourvu de livret et exploite des dessins au rendu assez contestable. De loin et à première vue, cela a l’air de bien rendre, mais quand on regarde un peu mieux, c’est plus contestable. En tout cas, le concept magique et ésotérique, au sens historique du terme, est bien rendu, même s’il ne se ressent pas forcément fortement dans la musique.

Encore un album classique d’un groupe qui a décidé de surfer sur une vieille vague qui, lorsque l’on sait la prendre, permet pourtant d’offrir un bon spectacle…

par Baalberith, le 05/02/2018

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeNEGATOR - Old BlackTHE CALL - The Call

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

OSCULUM INFAME - Dor-Nu-FauglithMOTHER DARKNESS - One Hundred Years of EmptinessAUSTERE / ISOLATION - BleakBATHORY - BathoryENTHRONED - Prophecies of Pagan FireTWILIGHT (USA) - Monument to Time EndSETHERIAL - NordDRAKHIAN - High Zephyr PointDUNKELHEIT - Mors AeternaHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignSIELUNVIHOLLINEN - Syvyydestä

Autres chroniques