GERM

Wish

Ce n'est pas souvent que l'on peut tomber sur un album comme ce premier du groupe GERM, fruit du talent de Tim Yatras, pourtant batteur de son état (mais claviériste à ses heures), ayant notamment officié dans WOODS OF DESOLATION et AUSTERE, qui soit à la fois très hétérodoxe et bien fichu. C'est pourtant le cas de ce Wish...

Comment présenter cet album ? Et bien il faut imaginer cet album de Black Metal atmosphérique et électronique comme une sorte de mix entre de la pop-électro, du Black Metal et de la musique planante. En gros, si Klaus Schulze et J-M. Jarre rencontraient LUNAR AURORA et AUSTERE, on y ajouterait juste de la pop-électro et le résultat n'en aurait pas été autre ! Parfois, ça tourne carrément à l'hommage de To Lay Like Old Ashes : nombreux sont les passages (surtout dans les plus atmosphériques ou avec voix claires) qui rappellent cet album. Le petit éclair de génie dans ces un peu plus de 42 minutes de musique, c'est que Yatras a su combiner tout cela de bien belle façon, de manière à ce que le rendu des compositions soit vraiment là. Entre quelques passages de voix Black, ou plutôt de cris, à la AUSTERE/WOODS OF DESOLATION, et de voix claires très présentes (mais qui s'intègrent bien, comme ce fut le cas sur le 2e album d'AUSTERE), des structures simples mais variées et maîtrisées se construisent sans problème autour de morceaux plus atmosphériques (ex : le 5) et d'autres plus électroniques. Le petit plus, sur ce point (et encore comme pour le 2e album d'AUSTERE), c'est sans nul doute l'ajout de chœurs (ex : à la fin du 1er morceau), qui donne un côté un peu éthéré à une musique qui en a bien besoin. Après, tous les morceaux ne sont pas du même niveau : si l'excellent 6e morceau (claque personnelle !) devance le très bon premier morceau, l'interlude électronique pure que constitue le 5e morceau et le 8e morceau, moins inspirés, restent un peu à l'écart. Malgré tout, l'inspiration et la qualité musicales sont globalement là, sans aucun doute. Chaque morceau offre son lot de mélodies et une bonne maîtrise des claviers qui créent de bonnes atmosphères en accompagnement. Les guitares ne sont pas forcément en reste, comme on le constate sur le 2e morceau et secondairement sur le 6e, mais leur rôle est évidemment très mineur au regard de l'ensemble.

Par contre, et ce n'est que logique, il ne faut pas s'attendre à grand-chose pour ce qui est du visuel et à moindre dose, de l'ambiance. Le premier est très moderne et aseptisé : le livret représente une succession d'images et de dessins allant des fleurs aux paysages urbains, placés là pêle-mêle sans homogénéisation. Le reste est d'une pauvreté navrante. Quant à l'ambiance, l'originalité permet rarement de mettre en avant un univers très immersif : il y a bien une atmosphère qui se dégage ici, mais elle est hélas dépourvue de concept et d'impact réel.

Une très belle réussite musicale pour les plus ouverts d'entre-vous : il fallait oser l'exploit, alors ça mérite vraiment d'être souligné !

par Baalberith, le 12/07/2012

D'autres albums de Black Metal electronique-industriel recommandés

MESARTHIM - PillarsVIOLET COLD - Desperate DreamsSAMAEL - Reign Of LightMESARTHIM - Isolate

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

CATACOMBES - "Le Démoniaque"ENSLAVED - Axioma Ethica OdiniF41.0 - BürdeABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanCATAMENIA - Chaos BornCIRRHUS - CirrhusKHORS - ColdTERRODROWN - Colonize And RegulateDEATHCULT (Nor) - Cult of the DragonVIOLET COLD - Desperate DreamsPENUMBRA - EmanateDIMMU BORGIR - Enthrone Darkness Triumphant

Autres chroniques