FUNERAL FORNICATION

Pandemic Transgression

Oui, je sais, « Mais qu'est-ce qu'il fiche à chroniquer un album d'un groupe avec un nom comme ça ? ». C'est que, tout comme la pochette voire le logo, le nom du groupe n'a aucun rapport avec la musique ! C'est ce qui s'appelle un visuel parfaitement raté, déjà dans la réalisation vraiment pas terrible (pages identiques du livret qui expose une pseudo-version infernale censée représenter la mort pestiférée), mais aussi dans le rapport avec le concept et l'ambiance. Une entrée en matière plutôt ratée...

Musicalement, FUNERAL FORNICATION est du bm mélodique et surtout atmosphérique qui n'en est pas à son premier essai. Le groupe existe depuis 2003 et a déjà à son actif 4 albums en 2011, tous réalisés depuis 2008. Donc une certaine productivité qui n'augure rien de bon (j'ai toujours beaucoup de réticences à considérer sérieusement un groupe, même un one-man-band, capable de produire autant d'albums en si peu de temps !), cela même si FUNERALFORNICATION montre une ouverture musicale importante sans pour autant verser dans l'avant-gardisme. A l'écoute de cet album, plusieurs influences viennent à l'esprit, à commencer par un condensé de PROFANUM, MORGUL et REVERENCE, de façon à s'orienter clairementdansl'« horror metal » pur, avec quelques passages carrément plus metal (ex : 1er morceau). L'intention première est bien ici de générer une ambiance sombre et malsaine, tout en y ajoutant un brin de sensualité (si, si !). A ce sujet, les ajouts de passages au piano et au violon, ainsi que les chœurs et une boîte-à-rythmes assez bien programmée, ne peuvent que renforcer cette impression générale. Bref, c'est bien un quasi-sans faute de ce côté, ce qui est en soi un point très positif dans un album de bm digne de ce nom !

Il en ressort des structures musicales somme toute assez variées, même si pas toujours maîtrisées comme il le faudrait. Il existe quelques longueurs, pas bien méchantes, mais quand même. Côté inspiration, le minimum est là. On serait en droit d'attendre un peu plus de bonnes mélodies, c'est sûr, mais on ne s'ennuie pas. Bref, petit à petit, tout au long de l'heure de musique que nous propose Vultyrous, l'homme-orchestre de ce groupe, on se balade dans les méandres des couloirs malfamés d'une cité rongée par la maladie et le désespoir de laquelle s'échappe quelques lueurs d'espoir de temps à autres.

Un bel essai dans le genre, qui mérite d'être reconnu en tant que tel, surtout si vous faîtes partis de ces nostalgiques de PROFANUM et de MORGUL.

par Baalberith, le 13/10/2011

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

AFSKY - SorgLOTH - ApocrypheSUNKEN - DeparturePURE WRATH - Ascetic EventideSOLBRUD - VemodSOLBRUD - JaertegnPLANETSHINE - Way to NowhereSALE FREUX - VindilisRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceAN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN - The Long GoodbyeMACABRE OMEN - The Ancient Returns

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

WÜRM - Demo '04BLUT AUS NORD - 777 - Sect(s)ANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The EvangelikumSHINING - VII: Född FörlorareANTAEUS - Cut Your Flesh And Worship SatanCLANDESTINE BLAZE - Falling MornumentsCLANDESTINE BLAZE - Harmony of StruggleLEVIATHAN (USA) - The Tenth Sublevel Of SuicideLURKER OF CHALICE - Lurker Of ChaliceSHOGGOTH - Pandemia Of HatredANTI - The Insignificance Of LifeAMNION - The Return Of Total Desolation

Autres chroniques