FROSTSEELE

Saat der Sterne

Après un premier album de très grande qualité, le one-man-band allemand de FROSTSEELE revient un an après avec un EP d'environ 32 minutes. Le line-up n'a pas changé, la volonté non plus, mais le style est cette fois-ci plus atmosphérique que réellement mélodique...

En effet, il s'agit toujours ici d'une musique aérée et variée, délicate et plutôt agréable. La construction n'offre guère de complications et de rebondissements extraordinaires, c'est le moins que l'on puisse dire, mais elle reste travaillée et maîtrisée. Les breaks sont malgré tout présents, intelligemment placés, interdisant toute linéarité à l'ensemble de l'œuvre. Les guitares, auxquelles il faut ajouter de la guitare sèche (très présente au regard de la totalité de cet opus), côtoient quelques passages de violons intéressants qui participent de l'harmonie de l'ensemble et de l'ambiance. Bref, l'impression générale est à une musique vraiment subtile qui prend tout son espace pour s'établir et son temps, car pour le total de cet EP, seulement 3 morceaux sont à relever. Question rendu musical, il n'y a pas la qualité présente sur l'album (précédent), avouons-le, mais cela reste bien fichu et tout à fait intéressant pour qui ne recherche pas forcément LA mélodie. Quelques passages paraîtront inévitablement un peu mous et très dispensables à plus d'un auditeur, mais rien de très méchant. Disons que les passages à la voix claire, par exemple, ne sont pas les meilleurs de l'album. On est cependant en droit d'attendre un peu mieux question inspiration.

Déception côté visuel. Le digipack ne bénéficie d'aucun livret et d'aucun véritable travail infographique. Il s'agit de simplement mettre en avant une œuvre de l'artiste suisse Arnold Böcklin, dans une sorte (donc) de symbolisme un peu ésotérique. Encore une fois, le groupe ne fait pas dans un concept bien défini, ni complètement Nature, ni trop sombre ou psychologique, mais pas non plus clairement mélancolique. Il faut bien être plus sensible à l'une qu'à l'autre ambiance et c'est cette dernière que je choisirais, mais le lecteur doit garder à l'esprit qu'un panel d'émotions lui est offert.

Un EP en-dessous de l'album de 2012, sans aucun doute, qui joue d'abord sur les atmosphères plutôt que sur les mélodies, mais qui reste une écoute plus que conseillée. Je pense que ce n'est pas forcément dans ce chemin que le groupe devrait évoluer, mais on ne peut pas lui reprocher de savoir composer et de créer une musique à la fois personnelle et bien faite.

par Baalberith, le 02/08/2013

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

AFSKY - SorgLOTH - ApocrypheSUNKEN - DeparturePURE WRATH - Ascetic EventideSOLBRUD - VemodSOLBRUD - JaertegnPLANETSHINE - Way to NowhereSALE FREUX - VindilisRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceAN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN - The Long GoodbyeMACABRE OMEN - The Ancient Returns

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

WOODS OF INFINITY - HamptjärnCELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisWOLFSHADE - TroubleNOCTURNAL DEPRESSION - Four Seasons to a DepressionDODSFERD - Cursing Your Will to LiveBLODSRIT - HelvetshymnerVEIL - SombreSUI CAEDERE - ThrèneCOLDWORLD - Melancholie²PENSEES NOCTURNES - GrotesqueHYADNINGAR - Imminent Useless SoulDRAPSNATT - Hymner Till Undergången

Autres chroniques