FORTERESSE

Crépuscule d'Octobre

 Et voilà le retour de l'un des groupes québécois les plus populaires. Et par « retour », je ne parle pas précisément du groupe en lui-même puisqu'une seule petite année nous sépare du précédent Par Hauts Bois et Vastes Plaines, mais des ambiances qui ont rendu le groupe apprécié à ses débuts.

 Les fans de Metal Noir Québécois déçus de l'orientation trop atmosphérique sur les deux opus suivants ont intérêt à revenir jeter une oreille sur les 6 titres qui ont été concoctés par le même trio que l'album précédent. Le batteur / claviériste Fiel qui a intégré le groupe en 2010 est parvenu à affiner son jeu pour ne pas faire tache sur cet album qui sent bon le passé.

 Quel plaisir pour celui qui pense comme moi que FORTERESSE se reposait trop sur l'ambiant, et était devenu trop prévisible dans des plans sans grande saveur. C'était maîtrisé mais le concept Nature avait atténué les émotions. Ici, on ne retrouve de pur ambiant que sur la courte introduction de 2mn et dès que « Le Triomphe des Douze » débute, c'est une explosion d'intensité et de fougue. La jouissance ! La batterie laisse peu de répit, les vocaux ne cessent de cracher leur venin nostagique, et les guitares enchainent les riffs efficaces. Elles gardent une saveur mélodico-atmosphérique, mais rien n'est gnangnan, rien n'est lassant. Au contraire, c'est tourbilllonant et entrainant. On ne trouve pas le temps long malgré une durée moyenne des morceaux similaire à celle habituelle : 8mn. Un autre point intéressant qui nous renvoie au début du groupe, ce sont quelques intermèdes folkloriques qui viennent renforcer les ambiances patriotiques.

 FORTERESSE a réussi à retrouver sa gloire d'antan ! La clé du succès vient en partie du fait que les lignes de guitare ont été composées puis mises de côté juste après Métal Noir Québécois. Le groupe avait eu envie d'explorer des chemins plus atmosphériques pour faire un voyage intérieur nécessaire. A la recherche de ses racines, il s'est intéressé à cet environnement qui l'entoure et aux sentiments qu'il lui inspire. Ce retour aux sources devait être nécessaire pour qu'il retrouve la combativité et le patriotisme qui le caractérisent profondément. Il retrouve alors l'équilibre entre rage et mélancolie soit au sein d'un même morceau ("Enfant du Lys") ou alors tour à tour, privilégiant l'un par ci (« La Lame du Passé ») l'autre par là (« Mon Esprit Rode Toujours »).

 Un album de qualité qui s'écoute en boucle avec plaisir.

par Sakrifiss, le 09/03/2012

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeNEGATOR - Old BlackSILENCER - Death - Pierce Me

D'autres albums d'ambiance Nationaliste recommandés

ASMUND - WillAUTARCIE / BAISE MA HACHE - Ultra-RuralARSAIDH - RootsASKIVAL - EternityAUTARCIE - Retour en crasse

Autres chroniques