FATAL DESOLATION

Cold, Starless, Moonless

Au risque de radoter, je répète que le scène japonaise a la particularité d’être encore limitée en nombre de groupes mais ceux-ci proposent des musiques variées. Difficile de trouver des similitudes entre les ABIGAIL, SIGH, ARKHA SVA, MAGANE, ou autres SSORC.
C’est en fait une caractérisque du Japon dans son ensemble. Il a toujours arrangé à sa sauce ce qu’il avait fait venir de l’étranger, tout en faisant coexister diverses courants. Prenez le bouddhisme, il existe plusieurs écoles qui ont toutes de légères différences avec les autres. Pareil avec l’architecture !
Revenons au black, et à FATAL DESOLATION. Déjà, point intéressant, ils viennent de la ville de Sendaï, la grande ville la plus touchée par le tremblement de terre du 11 mars 2011. Cependant, vous ne trouverez aucune référence à l’événement sur ce premier album puisqu’il était terminé et prêt à sortir à ce moment-là.
5 personnes sont à l’origine de ce projet dont 2 guitaristes, qui se partagent le travail et apparaissent parfois en même temps. Leur black est sans équivoque possible dédié à DARKTHRONE et on se rapproche bien de l’esprit d’un Transilvanian Hunger. Mais ces 8 titres peuvent aussi être rapprochés des vieilles productions des Légions Noires. C’est cru, direct et sans fioriture ! Le genre d’appel diabolique qui ne plaira qu’à une frange extrème du black. Celle qui se satisfait du minimalisme et qui cherche sa dose de haine et d’horreur. Ah ça, les morceaux ne font pas dans la dentelle. Cette agression musicale est recommandée aux habitués qui parviennent à attraper les mélodies derrière un mur de son bien raw. Parce que les mélodies, elles existent bel et bien, mais ne sont pas destinées à des oreilles chastes. L’apparente laideur volontaire peut se transformer en plaisir quand on creuse un peu. Le titre « Duskfall » est très bien composé dans le genre. Il propose un rythme intensif pendant 6 minutes emmenées par une spontanéité fougueuse qui fait mouche. Très bon résultat aussi sur « Satanica » qui déboite en bonnes et dues formes !
Musicalement, un titre se démarque des autres, c’est « Cold, Starless, Moonless ». Il envoie sec lui aussi, mais il y a un clavier démoniaque qui apparaît en plein milieu. Un apport étonnant et profitable.
A noter que le dernier morceau est une reprise de DARKTHRONE : « Skald Av Satans Sol », qui nous prouve une nouvelle fois que FATAL DESOLATION est un descendant direct du groupe.

http://www.myspace.com/fataldesolationjapan

par Sakrifiss, le 26/05/2011

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARCKANUM - ÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Sardonic WrathDARKTHRONE - The Cult Is AliveDARKTHRONE - Transilvanian HungerDARKTHRONE - Under a Funeral MoonDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyBATHORY - Under the Sign of the Black MarkNYSEIUS - De Divinatione DaemonumCRAFT - VoidMORRIGAN - CeltsBILSKIRNIR - Wotan Redivivus

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

FUNERAL MIST - SalvationBLASPHEMY - Fallen Angel of DoomWATAIN - Casus LuciferiMAYHEM - De Mysteriis Dom SathanasAMNION - Cryptic WanderingsWINTER FUNERAL / ARKHA SVA - Mikalp Khis Bia OzongonFUNERAL MIST - MaranathaTSJUDER - Legion HelveteOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusAMON - The WorshipINFINITY - Enter thy Labyrinth of HellARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens Skalder

Autres chroniques