EVOHE

Tellus Mater

Après une démo prometteuse et deux concerts m'ayant convaincu, il ne restait plus logiquement qu'à m'attaquer au premier album d'EVOHE, car toute la substance d'un groupe est bien censée s'y retrouver.

Première surprise : sans parler de virage à 180°, j'ai bien été obligé de constater que le groupe avait laissé son coté épique de coté. Mais a-t-il perdu au change ? Pas forcément, car il est de toute façon bien difficile de faire son chemin dans le petit monde du Black/Death mélodique/épique, où tout le monde finit par se ressembler de trop près... Quel est donc le style dans lequel EVOHE officie désormais? Eh bien du black metal ayant gardé du Death toute la rigueur technique, un black metal oscillant entre rythmes posés et allures effreinées, entre mélancolie et fureur, entre mélodie et brutalité... bref, difficile de dénommer le style de EVOHE en se cantonnant à deux mots, sinon "black metal" tout simplement.
EVOHE est un groupe avec deux guitaristes, et il sait parfaitement en tirer partie, sans creuser un fossé entre la guitare principale et la guitare rythmique ; chacun a sa place pour créer LE son d'EVOHE, entre riffs directs typiquement Black, en arpèges ou parfois presques enjoués! La basse de Dalgrïn, tout en profondeur, se ressent plus qu'elle ne s'entend, insufflant puissance aux riffs. La batterie est impressionnante de rapiditée et de précision, titillant parfois même un peu trop ses cymbales, elle se met d'elle même en avant sur cet album! Restent les vocaux, alternant assez fréquemment entre vocaux Black et vocaux Death, je dois avouer que je ne suis pas fan du timbre de ces premiers, un peu trop "retenus" à mon goût. A noter que le groupe reprend un titre de sa première demo Rotten angel, servi comme le reste de l'album, par une production claire et puissante.

Pour ce qui est du para-musical, le concept est transparent : dans Tellus Mater il s'agit de rendre hommage à la divinitée primordiale, la terre-mère, dans toutes ses manifestations. On ne pouvait en attendre moins de ces savoyards habitant à la lisières des forêts de montagne ! La cover est dans cet esprit, mais pour ma part, je n'en apprécie pas le graphisme... dommage pour moi, l'ensemble du visuel intérieur est axé autour de ce graphisme ! Sinon les textes alternent l'anglais et le français, en passant même (trop) occasionnellement par le parlé savoyard!

Pour conclure cette chronique, je dirais qu'avec un album de cette trempe, EVOHE peut être fier... La maîtrise est assurément là, et le groupe a trouvé son Son. C'est déjà énorme, mais... mais quand j'écoute la différence entre le titre issu de la première demo et les autres compositions plus récentes de l'album, je me dis que si EVOHE arrivait à mettre dans son prochain opus la petite graine de folie qu'ils ne se sont pas autorisés à mettre dans celui-ci, là... la terre tremblerait!

(chronique initiale de Mezdoun)

par Necrowarrior, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Death Metal recommandés

LORD BELIAL - Unholy CrusadeZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)HYPERION - Seraphical EuphonyTHULCANDRA - Under a Frozen SunTERRODROWN - Colonize And RegulateVINTERLAND - Wings Of Sorrow  - Welcome My Last ChapiterCRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshBORGIA - Promo MMVIIBESTIAL WARLUST - Blood and ValourSEELENTOD - The Ageless DynastyDISSECTION - Storm of the Light's BaneAMON - The Worship

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritDISMAL EUPHONY - Autumn Leaves: The Rebellion of TidesAGALLOCH - The MantleTHY SERPENT - Forests Of WitcheryTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsTHE CALL - The CallPAYSAGE D'HIVER - Paysage d'HiverCEREMONIAL EMBRACE - OblivionCATAMENIA - Location : ColdFORTERESSE - Les Hivers De Notre Epoque

Autres chroniques