ENTARTUNG

Peccata Mortalia

En 2012, nous avions découvert avec beaucoup de plaisir le premier album des Allemands d'ENTARTUNG, Krypteia, qui on peut le dire sortait de nulle part. Ainsi, lorsque 2014 annonçait le 2e opus, on était en droit d'attendre beaucoup de ce groupe qui, sans innover, savait manier aussi bien le style orthodoxe...

Peccata Mortalia est pourtant bien différent de ce premier, jouant davantage sur un style mélodique que sur le style orthodoxe du premier album. La différence entre le morceau qui suit l'introduction et le 4e morceau est sur ce point flagrant : alors que le 4e reste davantage sur la voie orthodoxe classique, le 2e est bien plus dans le style mélodique. On reste donc sur l'ensemble des 8 morceaux toujours assez proche du style traditionnel, mais avec une approche plus ouverte. Ce n'est absolument pas un mal en soi, évidemment, surtout que le groupe a du talent. Celui-ci n'hésite d'ailleurs pas à s'aventurer dans des structures musicales assez élaborées pour le style, avec des morceaux dépassant les 8 voire les 11 minutes, et la plupart du temps supérieurs à 7 minutes hormis un morceau, un break et l'introduction/conclusion. Sachant qu'ils continuent à se baser sur quelques lignes mélodiques directrices récurrentes, c'est presqu'osé et bien réussi dans l'ensemble. Quelques bons breaks avec des ajouts d'arpèges ou de piano viennent ajouter une touche de subtilité bienvenue. Il y a donc ici un travail qui n'a rien de très technique, mais qui est tout à fait maîtrisé.

Vous me direz : où est le problème alors ? Et bien c'est que le rendu général est assez hétérogène : alors que le 2e morceau (si on compte l'introduction comme un morceau à part) est peut-être le meilleur, doté de bons riffs et d'une inspiration marquée, le 7e est carrément plat et peu avenant. Les riffs sont moins touchants dans l'ensemble des morceaux, la réalisation moins efficace et on regrette par exemple que l'utilisation de claviers et de chœurs comme sur le deuxième (très bon) morceau ne soient pas davantage présents tout au long des 45 minutes et quelque de cet album. Loin de s'ennuyer sur la grande majorité de la durée de cet opus, la musique d'ENTARTUNG n'est ainsi plus ici aussi pénétrante et dynamique qu'elle a pu l'être. Cet aspect un peu terne est renforcé par une voix toujours correcte mais qui du coup devient « moins acceptable » que sur le 1er album où la qualité certaine de chaque morceau faisait passer sans souci la pilule.

La thématique générale est encore une fois assez tangente : cosmique, sombre et occulte, il s'agit d'un univers assez personnel plutôt bien rendu dans cet album. L'ambiance est crédible, l'introspection bien réussie, surtout pour le style. Sans être transcendant ça reste du bon boulot. De même pour le visuel : encore une fois des mélanges de couleur noire et de tons marrons/jaune/rouge (qui est une association qui a déjà fait ses preuves) pour un livret présentant des dessins ésotérico-religieux suffisamment explicites pour le concept.

Un bon album en soi avec de bons passages, mais qui fait forcément un peu grise-mine à côté du très bon Krypteia. Dommage, mais c'est toujours ça à se mettre sous la dent, et on ne va certainement pas s'en plaindre !

par Baalberith, le 08/04/2014

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ANGANTYR - UlykkeF41.0 - BürdeSOL SISTERE - Unfading Incorporeal VacuumGRIFT - ArvetGRIFT - SynerANGELSCOURGE - Seraph ImpalerNUMENOREAN  - HomeDARKENHOLD - Memoria SylvarumDER WEG EINER FREIHEIT - FinisterreSARKRISTA - Summoners of the Serpents WrathASMUND - WillGOATMOON - Stella Polaris

D'autres albums d'ambiance Cosmique recommandés

ONIRISM - The Well of StarsNUMENOREAN  - HomeFALAISE - My Endless ImmensityASTRAL PATH - An Oath to the VoidPLANETSHINE - Way to NowhereTRANSCENDING BIZARRE? - The serpent's manifoldORANSSI PAZUZU - ValonieluIN LUNA - Forgotten LivesMESARTHIM - PillarsMESARTHIM - IsolateVARGNATT - GrausammlerHARAKIRI FOR THE SKY - Aokigahara

Autres chroniques