ENTARTUNG

Krypteia

L'école finlandaise fait des émules, même en dehors de la Finlande. Les Allemands d'ENTARTUNG, à peine né cette année 2012, sortent un premier album qui vient le rappeler aisément. Durant ces plus de 46 minutes dispensées ici, il est bien difficile de ne pas deviner l'influence d'un groupe comme SARGEIST, dont le spectre plane sur chaque morceau de cet opus.

En effet, dès le premier riff des premières secondes, on a reconnu la patte finlandaise, avec ces riffs ciselés et cycliques, le rythme entraînant et les structures simples mais efficaces. Les minutes passent et les structures ne changent pas, respectant une construction musicale générale simple et limpide. Le travail formel est donc peu élaboré dans l'absolu mais très bien suivi, et dominé par un jeu de guitares intelligent et (quant à lui) bien abouti. Par contre, ENTARTUNG choisit des morceaux plutôt longs pour le style (entre 6 et 9 minutes), marqués de bons breaks et des passages plus calmes. Loin de s'enfermer dans une musique stéréotypée et agaçante, le groupe maîtrise son sujet et ça sonne vraiment juste : la voix est ma foi très améliorable, trop rauque et noyée pour le genre (là où l'on attend au contraire quelque chose de plus incisif et démonstratif, un peu comme le faisait BEHEXEN sur ses premiers deux premiers albums), mais cela ne les empêche pas de proposer une musique efficace et bien inspirée. En effet, aucun passage extraordinaire ou morceau marquant en soi-même, mais on ne s'ennuie pas une seconde car les mélodies et les riffs sont prenants (un exemple parmi tant d'autres : le 5e morceau). L'ensemble primant sur l'individualité de chaque morceau, il serait absurde de ne pas se laisser prendre au jeu d'une musique qui séduit à chaque écoute.

Certes, le visuel reste sobre, tant qu'à respecter les canons du genre, mais cette fois-ci plus volontiers occulte ou plus cosmique que simplement sombre ou satanique, comme à l'accoutumée : certes le nom même du groupe fait référence à l'épreuve très connue des jeunes spartiates qui devaient prouver leur valeur en vivant seul à l'écart de la population avant d'intégrer leur vie d'homme, mais on reconnaîtra dans cette reprise du nom une dimension nietzschéenne à peine voilée et caricaturée, et les dérives philosophiques qui s'y rapportent. L'ambiance est ma foi assez bien rendue, même s'il est difficile, comme souvent avec ce concept, de proposer une ambiance très évocatrice.

Pas original pour un sou, Krypteia est un très bon album dans ce que propose de mieux la scène orthodoxe : diablement efficace et inspiré, il ravira tous les fans de la Grande école finlandaise typée BEHEXEN, SARGEIST et HORNA. A consommer sans modération !

par Baalberith, le 12/10/2012

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

ABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisCAVERNE - Aux Frontières du MondeNECROPOLE - OstaraASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieELITE - We Own the MountainsRIENAUS - SaatanalleRIENAUS - AamutähdelleSENTIMEN BELTZA  - PagopeanOWL'S BLOOD - Cold Night of MeditationCAEDES CRUENTA - Skies DaimononPROPAST - Věstnik PreispodnjiDUNKELHEIT - Mors Aeterna

D'autres albums d'ambiance Cosmique recommandés

ASTRAL PATH - An Oath to the VoidHARAKIRI FOR THE SKY - AokigaharaBLÅKULLA  - Darkened by an Occult WisdomIN LUNA - Forgotten LivesVARGNATT - GrausammlerARCKANUM - HelvítismyrkrNUMENOREAN  - HomeMESARTHIM - IsolateSOLSTAFIR - KöldLANTLOS - LantlôsBLUT AUS NORD - Memoria Vetusta III: Saturnian PoetryFALAISE - My Endless Immensity

Autres chroniques