ENID

Nachtgedanken

ENID est le projet de Martin Wiese dans lequel plusieurs pointures (ou presque) de la scène germanique (ou proche) sont passés : Moritz Neuner de DORNENREICH, des membres de LE GRANDGUIGNOL ou de LANTLOS. Ce premier album date de 1998, ce qui permet à celui-ci de marquer d'autant plus la scène, sans jamais pointer au panthéon de la célébrité. Pourquoi ?

Parce qu'ENID est un groupe un peu particulier, ne serait-ce que par l'approche musicale basée sur la toute-puissance des claviers alliée à des chœurs assez atypiques pour du Black Metal. Toute-puissance, non pas parce que l'on affaire ici à du bm très orchestral (ça reste quand même du bm symphonique), mais surtout parce que même les guitares sont des arrangements programmés avec des synthés. Cela génère donc un son assez synthétique et artificiel qui en rebutera certains. Quelques ajouts extraordinaires viennent s'ajouter, comme quelques secondes de saxo au 7e morceau et un peu de piano çà et là. Bon, il faut pourtant avouer que l'effet rendu est assez réussi. Dans des structures assez simples et basées sur un rythme plutôt lent mais non dépourvues de puissance, la musique reste bien homogène, avec des breaks et des rebondissements suffisants.  Peu de densité musicale et une complexité relative, tout dépend des morceaux. Comme en plus la production est plutôt bonne (bon, il est vrai que c'est plus facile d'avoir une bonne production quand il n'y a pas de guitare) et que la voix bm est assez profonde, l'impact sur l'auditeur est intéressante. Il ne faut pas être allergique à un aspect assez « opéra » / musique classique très présent tout au long des ¾ d'heure de cet album. Du coup, le rendu des compos est fonction de votre affinité et de votre tolérance en la matière : il y a de bonnes mélodies et une certaine recherche dans l'inspiration, maintenant il ne faut pas être trop accroché à l'aspect Black Metal dégagé par cet album.

Le visuel présente un ensemble tout en vert ; c'est bien homogène, mais ça manque de travail et de richesse.

Voilà donc un album à la périphérie du bm, bien agréable malgré tout, pour un public assez ouvert. En tout cas si vous devez vous intéresser au groupe, je vous conseille vraiment de commencer par celui-là !

par Baalberith, le 03/11/2013

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

ALGHAZANTH - Wreath of ThevetatNOKTURNAL MORTUM - WeltanschauungHORTUS ANIMAE - Waltzing MephistoMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraALGHAZANTH - Vinum Intus MOONSORROW - VerisäkeetCRADLE OF FILTH - Vempire (Or Dark Faerytales In Phallustein)MOONSORROW - V: HävitettySKYFOREST - UnityEQUILIBRIUM - Turis FratyrWINDRIDER - To New Lands... ALGHAZANTH - The Three-Faced Pilgrim

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdBORKR - AmberDRUDKH - Autumn AuroraULVEGR - ArctogaiaAGALLOCH - The MantleNORDWIND - Nordwind / Walk to the WoodsALDA - :Tahoma:FIRN - Edge of Another WorldVALLENDUSK - VallenduskWINTERFYLLETH - The Threnody of TriumphGALLOWBRAID - Ashen EidolonWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two Hunters

Autres chroniques