ENCIRCLING SEA

A Forgotten Land

Il y a certains groupes dont la démarche me déconcertera toujours. C'est le cas des Australiens d'ENCIRCLING SEA. Le premier album est une autoproduction, le deuxième a apparemment été pressé par un label inconnu, on peut donc encore comprendre la carence dans la distribution. Mais ce 3e album, sorti en 2013 sur leur propre label avec apparemment un beau visuel de 12 pages (en CD pro ? j'ai du mal à le croire, car au-dessous de 500 exemplaires, cela revient trop cher de faire un CD-pro et le groupe choisit alors toujours un CD-R), tout cela distribué à...100 exemplaires. Je cherche encore ! Mais on peut toujours se rattraper avec la version vinyl distribuée à...300 exemplaires ! A croire que certains veulent vraiment ne pas se faire connaître ou ne pas vendre (d'autant plus gênant que l'on sait que les fonds vont, au moins partiellement, à une association d'aide aux forêts en Australie). Bref, cela n'empêche heureusement pas le quatuor de Melbourne de nous offrir ici un album de qualité tout à fait intéressante : presque 69 minutes d'une musique atmosphérique et un peu shoegaze, de qualité...

Comment se présente l'œuvre ? Quatre très longs morceaux, emplis d'atmosphères omniprésentes, laissant transparaître des structures peu variées, mais échappant aux méfaits de la linéarité. La construction musicale générale n'offre en effets que très peu de breaks et pas beaucoup de rebondissements, mais la symbiose avec les nappes de claviers minimisent la lassitude de l'auditeur, d'autant que les morceaux se suivent mais ne se ressemblent pas. De toute façon, le but de ce style de musique est bien de créer une ambiance particulière dans laquelle peut se plonger l'auditeur. Ici, c'est une torpeur dédiée à Dame Nature qu'il faut évidemment évoquer. Elle n'est pas extraordinaire, mais reste bien immersive pour le commun des mortels, agrémentée çà et là de quelques voix féminines intelligemment placées et de passages de guitare acoustique.

Malgré tout, beaucoup de ceux qui n'affectionnent pas spécialement ce style de Black risquent de perdre le fil, disons l'intérêt. C'est toute la problématique du premier morceau notamment, qui souffre de la comparaison avec les trois autres. Dans tout cela, la voix manque un peu de puissance mais reste appréciable, ce qui est heureux vu le style. Les compositions, par contre, manquent clairement de rendu et de relief, n'offrant pas assez de potentiel mélodique. Pourtant, en dehors du premier morceau, rien n'est à condamner, bien au contraire.

En attendant que l'album (re-)sorte enfin pour qu'on puisse se le procurer, il faudra faire avec les moyens (virtuels) du bord ! C'est bien dommage car cet album devrait plaire aux fans du genre.

par Baalberith, le 07/10/2014

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ASTARTE - Rise From WithinASTARTE - Quod Superius, Sicut InferiusVORDVEN - Towards The Frozen StreamsTHYRFING - Valdr GalgaMORGUL - Lost In The Shadows GreyMORGUL - Parody Of The MassLUNAR AURORA - Ars Moriendi

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritDISMAL EUPHONY - Autumn Leaves: The Rebellion of TidesAGALLOCH - The MantleTHY SERPENT - Forests Of WitcheryTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsCEREMONIAL EMBRACE - OblivionCATAMENIA - Location : ColdFINSTERFORST - Wiege der FinsternisWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two HuntersFINSTERFORST - ...Zum Tode Hin

Autres chroniques