EMPEROR

IX Equilibrium

Voilà l'album qui a sorti EMPEROR de son style puriste Black Metal. Il est indéniable qu'il est loin de la qualité obtenue sur In the Nightside Eclipse et sur Anthems to the Welkin at Dusk. Ils ont atteint un tel niveau avec ces deux albums que ce serait difficile de leur trouver un successeur d'égale valeur. Mais je pense qu'il est très important de juger l'album indépendamment de leur discographie. Il est vrai que lorsque l'on écoute cet album et qu'on le compare aux deux autres, on a envie de le descendre, mais lorsque on l'écoute seul, on doit reconnaître ses atouts et le traiter à sa juste valeur. Cependant, il sera parfois nécessaire de revenir à une comparaison...

Alors entre déception et nouveautés, parlons-en…

Déjà pour la production, elle est meilleure que celle du Grieghallen, bien qu'elle rende moins bien pour le style. Pour la technique, c'est de mieux en mieux : à l'image du 4e morceau, on se demande quand ils s'arrêteront ! Le batteur est peut-être encore plus bourrin, tout comme les guitaristes ! mais musicalement, ce qui choque dès le début, ce sont les bases Death très présentes dans les trois premiers morceaux et qui, heureusement, s'estompent un peu plus dès le quatrième (même si elles ressortent régulièrement, elles restent néanmoins bien moins présentes qu'au début de l'album). Je dirais que Samoth a opté pour une originalité dans les guitares qui à mon avis a rarement été maîtrisée jusqu'à présent, le problème reste que cela ne rend pas exactement toujours comme on aurait aimé. Ca me fait penser à une boîte vitesse classique de voiture : Samoth a voulu passer la 6e (ou la 7e) et a cassé la boîte. Pour ce qui est de notre batteur, il bourrine toujours à mort, tout en étant technique et parfait sur des passages plus calme. Le travail est bien présent et il reste insoupçonnable, même pour ceux qui n'aimeraient pas du tout l'album. Côté structure musicale, il y a un manque de finition : il n'y a pas d'intro et il n'existe qu'une petite conclusion, c'est quand même un peu gênant pour un groupe d'habitude si symphonique/atmosphérique et si puriste dans la réalisation et la concrétisation de sa musique et du concept d'ensemble. Les transitions sont parfois un peu brusques, mais l'ensemble reste correct. Il n'y a pas vraiment, comme avant, de progression marquée à l'intérieur des morceaux.
Pareil pour la voix : ça reste du Ihsahn, mais en moins bon je dirais et surtout sa voix se marie moins bien avec le style adopté. Comme Samoth pour les guitares, Ihsahn a opté pour le même procédé dans ses voix, ce qui rend encore moins bien que Samoth, notamment dans le quatrième morceau où il va jusqu'à faire une voix Heavy criarde. Ihsahn maîtrise bien moins les voix claires que dans le précédent album, d’ailleurs…
Par contre pour le design, c'est peut-être la plus belle pochette et cover de toute leur discographie.

Au niveau conceptuel, si In the Nightside Eclipse a été l'époque de l'occulte et Anthems to the Welkin at Dusk, un parfait hybride de l'occulte et de l'épique, IX Equilibrium est celui du pur épique et c'est peut-être un peu dommage d'abandonner le concept occulte ; je pense qu'Anthems to the Welkin at Dusk, en réalisant la symbiose des deux, concrétisait le mieux la beauté de la musique du groupe. Bref, ce n'est pas pour autant un critère sur lequel l'on pourrait s'appuyer pour discréditer le groupe. Mais autant en parler, d'autant que le concept épique n'est pas très bien mis en avant.

Les compos sont bien moins abouties et rendent moins bien, même si cela reste correct dans l'ensemble (je suis un peu obligé de prendre une petite comparaison vis-à-vis de leur discographie) avec notamment une très simple mais magnifique fin au clavier dans le dernier morceau. Dans l'ensemble, on est bien obligé d'admettre que les prouesses techniques sont innombrables et que cela reste des compositeurs et des musiciens hors pair. C'est le rendement, l'émotion et le génie de la composition, ainsi que l'influence que l'on pourrait leur reprocher et là encore, surtout par rapport au reste de leur discographie.

Pour conclure, je dirai que ce sont encore les bases Death des guitares et certaines voix qui viennent couper l'ambiance et qui sont le plus à blâmer. Ils ont voulu sur tous les niveaux, élaborer la musique la plus complexe qui puisse exister, mais comme l'avait dit Ihsahn lors d'un de ses interview: "Si tu prends les USA, où on assiste à un brassage de toutes les cultures, on aboutit à une sorte d'anti-culture. Toutes ces cultures étaient belles isolées. Un tableau ne doit pas avoir trop de détails sinon tu ne peux plus l'apprécier dans son ensemble.", je pense que l'on peut parler de la même façon pour la musique : trop de complexité, trop de détail, nuit à la musique et crée une sorte d'anti-musique... Ces bases Death sont à omettre impérativement par la suite s'ils veulent retrouver la magie que procurait leur musique (insister plus sur les claviers et l’ambiance est également essentiel). Espérons que ce n'est là qu'un "album test" qui marque une envie de changement de la part de nos deux leaders et non une tournure définitive.

Un album bien différent à la fois de leur discographie et du reste de la scène : un album qui va une nouvelle fois marquer les esprits et faire des émules. A mon humble avis, ce qui gêne beaucoup de fans, c'est que ce l'album ait été crée sous le nom d'EMPEROR. Ils auraient dû faire un groupe parallèle (et cela n'aurait pas été le premier exemple du genre !), mais pas concevoir l'album sous le nom de ce groupe. IX Equilibrium n'a pas grand chose à voir avec EMPEROR. C'est certes un bon album en soit, mais ce n'est pas du EMPEROR

par Baalberith, le 20/05/2012

D'autres albums de Black Death Metal recommandés

LORD BELIAL - Unholy CrusadeZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)HYPERION - Seraphical EuphonyTHULCANDRA - Under a Frozen SunTERRODROWN - Colonize And RegulateVINTERLAND - Wings Of Sorrow  - Welcome My Last ChapiterCRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshBORGIA - Promo MMVIIBESTIAL WARLUST - Blood and ValourEVOHE - Tellus MaterSEELENTOD - The Ageless DynastyDISSECTION - Storm of the Light's Bane

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

THE RUINS OF BEVERAST - Unlock The ShrineJANVS - VegaABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanSPITE EXTREME WING - Non Dvcor, DvcoNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutKESTREL - Weather EyeCIRRHUS - CirrhusNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryPESTE NOIRE - L'ordure à l'état purTHE RUINS OF BEVERAST - Foulest Semen Of A Sheltered EliteNUIT NOIRE - Fantomatic Plenitude

Autres chroniques