EMPEROR / ENSLAVED

Emperor / Hordanes Land

En 1992, la Norvège est secouée par les remous du revival black metal qui entraînera la seconde vague de notre style fétiche. A l'époque, le black metal restait un style pour un public restreint : il faudra attendra plusieurs années pour voir le public du black metal s'élargir un peu. Les groupes norvégiens les plus connus étaient alors MAYHEM, DARKTHRONE, IMMORTAL et même BURZUM. C'est cette même année qu'EMPEROR et ENSLAVED, deux groupes encore méconnus préparèrent le split qui mènera le Black Metal vers quelque chose de plus abordable en posant les bases du black metal atmosphérique à claviers.

« Recorded under the December Full Moon Anno 1992 at Studio S. »

Voici ce qu'on peut lire à l'intérieur du livret du côté d'EMPEROR : cela souligne l'attrait déjà présent du groupe pour le mysticisme. Le visuel du livret, pour EMPEROR comme pour ENSLAVED, nous montre les membres des deux groupes à l'intérieur de cadres anciens. La démarche nous replonge de manière idéale à cette époque bouillonnante du black metal scandinave. Pour la face, elle est réservée à la pochette d'EMPEROR qui reprend un illustration du fameux Gustave Doré. Quant à ENSLAVED, son illustration se retrouve au verso de l'album : elle nous envoie dans un univers imaginaire de type heroïc fantasy. Le visuel d'ENSLAVED est moins réussi que celui d'EMPEROR qui a cependant fait dans la facilité en reprenant un artiste déjà existant. 

Le côté mystique d'EMPEROR dont je parlais au paragraphe précédent se fait sentir à deux niveaux :

  • la production : les instruments se voilent de crasse pour ne laisser entendre que des grésillements.
  • l'usage de claviers : on en avait déjà entendu auparavant dans le style, mais jamais centraux pour la musique en elle-même.

Chaque titre de la partie d'EMPEROR dévaste tout sur son passage : au-delà de la brume de mystère déjà évoquée, ça blaste sans pitié. Couplés aux vocaux haineux comme jamais d'Ihsahn, ces blasts deviennent une véritable catharsis pour le groupe. Les guitares donnent un rendu véritablement cryptique à l'ensemble. Quant à la basse, elle est inaudible. En plus de la magie propre à cette époque du Black Metal, nous avons droit à un des groupes du style les plus fanatisés par l'idéologie derrière leur musique. Seul le deuxième titre, "Wrath of the Tyrant", est en-deçà du reste.

On retiendra donc le mid-tempo fracassant de "Night of the Graveless Souls", mais surtout la majesté de "I Am the Black Wizards" et de "Cosmic Keys to My Creations and Times", figurant tous deux dans le premier album d'EMPEROR, In the Nightside Eclipse dans une version évidemment moins bien produite. Mais c'est la haine du chanteur, sur fond de claviers et de guitares grésillantes, qui ressort.

Radicalisé à son tour par la haine d'EMPEROR - ne laissant filtrer aucune couleur si ce n'est le noir et le blanc - l'auditeur attendra avec impatience la suite du split.

Et c'est ENSLAVED qui s'attelle à la tâche. "Slaget I Skogen Bortenfor (Epilog / Slaget)" calmera les ardeurs de plus d'un auditeur précédemment tombé sous le charme du groupe précédent : le titre est répétitif, mais sans être ennuyeux. Les claviers sont également de sortie chez ENSLAVED, mais ils sonnent bien plus kitsch que chez EMPEROR. Sur ce titre de 13 minutes, nous nous remémorons le passé de l'Europe, du temps où ce continent était deux fois par an illuminé par les feux de solstices païens. En effet, le groupe souhaite reprendre le flambeau du concept de viking metal laissé par le légendaire BATHORY. Mais cela marche moins bien : 13 minutes pour un titre qui enchaîne sans cesses les mêmes riffs, c'est long. Heureusement, ce premier titre reste le plus répétitif des trois proposés par le groupe. Répétitif, "Balför (Andi Fara / Prologr)" l'est aussi mais il est moins long de six minutes. La batterie propose tout le temps les mêmes rythmes, et la basse est encore une fois inaudible.

Le meilleur de la partie d'ENSLAVED arrivera avec "Allfadr Odinn" et son mid-tempo héroïque. Avec un avant-goût en bouche pour la bataille, un blast s'immiscera peu à peu dans le morceau jusqu'à nous mener à une mélodie contemplative et grandiose. Car cette fois-ci, les claviers sont enfin utilisés par le groupe avec parcimonie. Grutle, le vocaliste-bassiste d'ENSLAVED, crache sa haine comme s'il hurlait depuis une cascade près d'un fjord : nous sommes emmenés du côté obscur du peuple viking, et avec les mélodies malveillantes des guitares, la haine ressort encore mieux.

La musique de ces deux groupes se rejoint fort ; si on rajoutait SATYRICON avec eux, on obtiendrait la triade des groupes fondateurs du Black Atmosphérique à claviers en Norvège. Bien que la partie d'EMPEROR soit plus intéressant et concise que celle d'ENSLAVED, les deux groupes montrent de belles promesses. 

Répétitif par moment (chez ENSLAVED), mais culte. A posséder.

par Gul Le Ricanant, le 07/01/2017

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ASTARTE - Rise From WithinASTARTE - Quod Superius, Sicut InferiusVORDVEN - Towards The Frozen StreamsTHYRFING - Valdr GalgaMORGUL - Lost In The Shadows GreyMORGUL - Parody Of The MassLUNAR AURORA - Ars Moriendi

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AOSOTH - IV - Arrow in HeartSETH - By Fire, Power Shall Be...MORTIFERA - MaledictiihHAKUJA - LegacyLUNAR AURORA - Ars MoriendiHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyKATECLYSM - Demo 2007OV HOLLOWNESS - DiminishedMORPHINIST - NebulaeMESARTHIM - AbsenceDEADWOOD - Picturing a Sense of LossULG - Windark

Autres chroniques