EINSICHT

Forensic the Mind Sprawler

Premier album pour EINSICHT, groupe formé en 2009 par la hurleuse de MALEVOLENTIA (si si, souvenez vous, un des rares groupes de la décennie à encore faire du black sympho) pour nous faire un BM très torturé et très personnel. Trop personnel même puisqu'il est bien difficile d'accrocher...

Sur la forme c'est avant tout très chaotique, les influences sont diverses et les compositions s'en ressentent. Il est très difficile de trouver ses marques. On sent du Death, du Thrash, des trucs plus expérimentaux, évidemment du Black mais finalement très peu, en tout cas trop peu pour mes petites oreilles, j'avoue avoir trouvé le temps long.

Je n'ai pas été aidé par la rythmique, globalement mid-tempo, pour un rendu parfois dépressif (similaires aux débuts de SHINING par exemple), parfois plus torturé et malsain, à la MUTIILATION, mais rien qui n'atteigne le niveau de ces deux groupes. Les accélérations sont pourtant là, Thrash à un moment, Punk à un autre ("Der Amoklaufer", "The Night Before", etc.), elles évitent à l'ensemble de sombrer dans la mollesse mais ne sont pourtant pas transcendante. Avec les vocaux éraillés, j'ai parfois l'impression d'entendre le DODSFERD en roue libre actuel, celui qui rentre par une oreille et ressort par l'autre, bien dommage.

Parlons des vocaux tout de même, s'il y a bien une identité qui se dégage à l'écoute, c'est certainement via ceux-ci. Ils sont pourtant très variés (hétérogénéité, mon amour !), mais une façon de faire revient souvent : celle très éraillée qui vient du fond des entrailles. On pense au départ rapidement à ceux de Wrath de DODSFERD, mais avec le temps, l'impression d'avoir affaire à l'équivalent féminin de John Tardy (le hurleur d'OBITUARY) se fait surtout sentir, ça illustre bien le mélange des genres encore une fois. Ca n'atteint malheureusement ni l'énergie du premier, ni la force du second, je me répète mais il est bien difficile de trouver quelque chose de consistant à se mettre sous la dent. J'ai envie de vous parler des guitares, des deux ou trois bons riffs présents ou des morceaux qui tiennent la route ("The Spleen song", "Nothing"), mais ils ne suffisent pas à accrocher sur la durée.

Bref, vous l'aurez compris, c'est plus que moyen et c'est dommage car d'un point de vue extra-musical, l'artwork comme les paroles sont très travaillés et plutôt évocateurs, rendant bien compte de cette folie difforme et destructrice qui habite l'auteur, mais musicalement, cela ne se ressent quasiment pas. Au prochain essai peut-être...

par Blaise, le 08/04/2014

D'autres albums de Black Metal recommandés

ENTHRONED - Towards The Skullthrone Of SatanENSLAVED - EldKAMPFAR - Fra UnderverdenenNATTFOG - Mustan Auringon RiittiM8L8TH - Nepokolebimaja VeraDYSTER - Le Cycle SénescentNEKROS MANTEIA - Deus OtiosusARS MORIENDI - Du tréfonds d'un êtreTAAKE - Noregs VaapenMURMUÜRE - MurmuüreNUIT NOIRE - Fantomatic PlenitudeDIAPSIQUIR - A.N.T.I.

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

ONDSKAPT - Draco Sit Mihi DuxABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisLES CHANTS DE NIHIL - ArmorPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceCLANDESTINE BLAZE - Harmony of StruggleCHROME WAVES - Chrome WavesLES CHANTS DE NIHIL - Propagande ErogènePETRYCHOR - Effigies and EpitaphsWOODS OF INFINITY - FörlåtARS MORIENDI - Du tréfonds d'un êtreSHINING - VII: Född FörlorareINFESTUS - E x | I s t

Autres chroniques