DRUDKH

Handful of Stars

Qu’est-ce qui cloche avec cet album de DRUDKH ? A la première écoute, c’est flagrant, on est loin de la grande heure de ce groupe devenu culte et que beaucoup de jeunes formations citent encore dans leurs influences.
 Et pourtant, en réécoutant d’anciens albums, on se rend compte que cette évolution était incontournable. Plus qu’une évolution d’ailleurs, c’est une prolongation naturelle du passé. Seulement, une ligne a cette fois-ci été franchie, comme la goutte d’eau de trop ajoutée à un vin. L’arôme est toujours présent, mais il s’est fait plus discret.
 DRUDKH a toujours fait appel à des mélodies tournant en boucle pour devenir hypnotiques et embarquer notre imagination dans un monde ravagé et désertique. Maintenant, après la destruction et le vide, place à l’espoir, et à la renaissance. L’heure du retour de la vie a sonné, et les ambiances sont plus claires et printanières, avec des guitares et une basse qui jouent du post-BM plus marqué que par le passé. Des similitudes avec des groupes comme ALCEST se font plus fortes, et même si elles ne sont pas continues, ce sont elles qu’on retient le plus à chaque écoute. Certaines parties ont aussi un fort côté progressif, chassant complètement les quelques visions de nature qui trottaient encore dans nos esprits pour les remplacer par la désagréable image d’un guitariste évadé des années 80, à genoux sur scène et lâchant son solo, ses longs cheveux collés sur le visage (la 7ème minute de « The Day Will Come », la 8ème de « Towards the Light »). Dans un style assez proche, le dernier NOKTURNAL MORTUM s’en est mieux sorti.
 La surprise passée, on peut tout de même entrer dans le jeu, et trouver cette évolution rafraichissante pour le groupe. Personnellement, je préfèrais le DRUDKH meneur et influent d’antan, plus que ce suiveur de tendance, mais je reconnais un intéret dans cette nouvelle orientation…
 C’est qu’il reste l’expérience et le professionnalisme du groupe. Il sait toujours faire des morceaux qui retiennent notre attention et notre curiosité. Les compositions ne sont absolument pas atroces, d’autant que les vocaux n’ont subi aucun passage à la couille-mollette et le produit est joli. DRUDKH emprunte un chemin bordé de fleurs et d’oiseaux migrateurs revenus de leur long périple, et c’est évident que beaucoup refuseront de les accompagner, voulant rester dans leurs sentiers de désolation.
http://www.myspace.com/drudkhofficial

par Sakrifiss, le 31/01/2011

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ZGARD - ContemplationASGAROTH - Absence Spells Beyond. . .SETH - By Fire, Power Shall Be...LUNAR AURORA - Ars MoriendiANTI - The Insignificance Of LifeFEN - The Malediction FieldsDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessTRYSKELLION - Sur Le Passage De L'AnkoùMELENCOLIAM - O Infinito Vale Da EscuridãoWOLVES IN THE THRONE ROOM - Malevolent GrainEMYN MUIL - Túrin Turambar Dagnir GlaurungaTHY LIGHT - Suici.De.pression

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdLOTH - ApocrypheLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnSUNKEN - DeparturePURE WRATH - Ascetic EventideSOLBRUD - VemodSOLBRUD - JaertegnSOLBRUD - SolbrudWINDSWEPT - The Great Cold SteppeENISUM - Arpitanian LandsENISUM - Samoht NaraULTAR - Kadath

Autres chroniques