DRUDKH

Estrangement

Chroniquer un album d'un groupe comme DRUDKH n'est pas chose aisée, tant ce groupe tire à lui la couverture des fora et, plus généralement, des discussions sur le net et ailleurs. Chancre de l'intégrité musicale blackiste pour certains qui s'est récemment fourvoyé dans une dérive post-bm, groupe phare de la scène nationaliste et de l'identité culturelle slave pour d'autres auquel il est difficile de s'attaquer, exemple-type d'un excellent compromis musical entre l'atmo et l'old-school. Bref, les débats ne manquent pas et il n'est pas le moment ni le lieu avec cette chronique pour tenter de les alimenter.

Cet album est en tout cas antérieur à toute réelle évolution du groupe. Nous sommes encore dans un DRUDKH traditionnel qui s'attache à créer des atmosphères bien à lui, entre paganisme slave et ode à la Nature, avec ces riffs étirés en longueur et ses nappes de clavier bien distillées en arrière.  Les morceaux sont assez longs (plus de 10 minutes, hormis le dernier), les structures assez simples mais pas forcément minées par une redondance propre à certains albums du genre, et la technique ou la dextérité des musiciens n'en est pas pour autant occultée (ex : petit solo sur le 1er morceau, qui d'ailleurs se reproduit sur le 3e et le dernier, ce n'est pas dans l'habitude de DRUDKH jusqu'alors). Le talent de DRUDKH est justement d'arriver à mélanger tout ça et de faire en sorte que cet ensemble ait un sens et une certaine efficacité. Alors, certes, nous ne sommes pas à la hauteur de l'inspiration du très bon 1er album, mais dans l'ensemble, l'écoute est plaisante, surtout pour les fans du groupe. Le dernier morceau, le plus court, est peut-être aussi le meilleur de l'album.

Quelques mots aussi sur le visuel. Il est vrai que j'ai dans les mains la version rééditée de chez Season Of Mist, mais je ne pense pas que celle d'origine soit différente. Il s'agit d'un visuel de bien mauvaise facture à l'extérieur du digipack : photos volontairement salies avec un effet raté. On a l'impression d'avoir de mauvaises photos de Nature mal retouchées. A contrario, l'intérieur du livret est assez fourni en images évocatrices dans un ton marron-gris, où cette fois-ci le travail de retouche est plus crédible. A noter que l'intérieur et l'extérieur n'ont bénéficié d'aucun travail d'homogénéisation. Bref, un peu bâclé, ça ne sert pas du tout une ambiance d'une qualité intéressante, comme à l'habitude du groupe...

Un album au final bien intéressant qui souffre d'une durée bien faible (moins de 37 minutes). Dommage.

par Baalberith, le 05/09/2011

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

AFSKY - SorgONIRISM - The Well of StarsLOTH - ApocrypheLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnSUNKEN - DepartureSADNESS - LeaveULG - WindarkRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURE WRATH - Ascetic EventideASTRAL PATH - An Oath to the VoidSOLBRUD - VemodSOLBRUD - Jaertegn

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdBORKR - AmberDRUDKH - Autumn AuroraULVEGR - ArctogaiaAGALLOCH - The MantleNORDWIND - Nordwind / Walk to the WoodsALDA - :Tahoma:FIRN - Edge of Another WorldVALLENDUSK - VallenduskWINTERFYLLETH - The Threnody of TriumphGALLOWBRAID - Ashen EidolonWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two Hunters

Autres chroniques