DRAPSNATT

Hymner Till Undergången

Il y a des moments dans la vie où quand on se réveille on ne sait pas encore que l'on va écouter un des 10 albums qui va peut-être vous maintenir en vie même sous une pluie d'horreurs quotidiennes, juste pour vous rappeler que le soir-même vous pourrez écouter, pardon ressentir, encore une fois, leur musique. Hymner Till Undergången fait tout simplement partie de ces albums, ceux qui sont à graver en lettres d'or sur la stèle de votre tombe. Ceux qui connaissent mes chroniques savent que ce n'est pas mon genre d'encenser les albums et d'utiliser des emphases à tout bout de champs, je vous laisse donc imaginer l'effet qu'a eu sur moi ce second chef-d'œuvre de DRAPSNATT.

Passons donc à la chronique de ce joyau...

A quoi ressemble DRAPSNATT pour les malheureux qui n'auraient pas encore tutoyé le divin ? Bien...à du DRAPSNATT, tout simplement ! Certains y verront du WOLVES IN THE THRONE ROOM, d'autres du THROES OF DAWN, d'autres encore du SILENCER ou du AUSTERE. Ils ont tous à la fois raison et tort, car DRAPSNATT joue un peu sur tous les tableaux. Résolument mélodique, l'album aborde facilement l'atmosphérique dans des structures superbement travaillées par leur originalité, leur très bonne maîtrise formelle qui leur permet de ne jamais faire deux fois le même morceau tout en conservant un style bien à eux et une homogénéité générale indéniable. D'un bout à l'autre, entre de très bonnes transitions et des breaks aérés très souvent salvateurs voire divins, la musique se construit intelligemment, avec un sens exaspéré de la variété et de la qualité musicale. D'une grande subtilité, DRAPSNATT nous offre en effet sur cet album toute la qualité de son art : entre guitare sèche et piano, les deux compères construisent une musique très agréable et mélancolique presqu'unique. La voix déchire tout, arrachant votre cœur et votre âme, et servant admirablement une atmosphère très éthérée, à la fois mélancolique, sombre et toute entière dédiée à la Nature comme, dans un sens, à l'esprit humain. Et le pire c'est que ce concept apparemment bien confus, ne l'est pas du tout à l'écoute. L'un des traits du génie !

Et les compositions ? Comment dire...tout simplement sublimes ! Chaque passage est une révélation d'inspiration et de beauté. Que ce soit grâce aux claviers, aux voix (quelques voix claires sont présentes et des chœurs), aux riffs ou à la seule construction musicale, on ne peut s'empêcher de rester cloué sur son siège. Le tout est mis plaisamment en scène par un visuel cartonné en noir et blanc intéressant. Certes le livret manque un peu de contenu et de travail, mais l'ensemble est bien fait et rend au final plutôt bien le concept osé proposé.

DRAPSNATT fait tout, mélange tout, et offre ce condensé dans un seul album, encore une fois. Allier une telle beauté dans les mélodies, dans l'ambiance, dans la puissance et dans l'émotion, tout en offrant une certaine originalité de structures musicales, franchement chapeau bas messieurs ! J'en ai les larmes aux yeux...

par Baalberith, le 01/11/2010

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdVIOLET COLD - Sommermorgen (Pt. I to III)DRUDKH - They Often See Dreams About the SpringAFSKY - SorgONIRISM - The Well of StarsLOTH - ApocrypheLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnSUNKEN - DepartureSUMMONING - With Doom We Come SADNESS - LeaveZAKLON - Viatry Karacunavaj nocyULG - Windark

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

BLODSRIT - HelvetshymnerHELLSAW - TristANCIENT - SvartalvheimSALE FREUX - VindilisPESTE NOIRE - La Chaise-DyableSALE FREUX - Adieu, vat !ASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieMORTIS MUTILATI - Mélopée FunèbreBAISE MA HACHE - Le Grand SuicideMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessBLOOD STRONGHOLD - From Sepulchral Remains...OWL'S BLOOD - Cold Night of Meditation

Autres chroniques