DODSFERD

Spitting with Hatred, The Insignificance of Life

 Ils ne sont pas nombreux ces albums qu’on attend fébrilement. Ceux qu’on ouvre délicatement et qu’on observe sous tous les coins avant de mettre dans la platine. DODSFERD fait pour moi partie de ces groupes dont je découvre avant tout la pochette, les paroles, le visuel. Un groupe dont je redoute la première écoute, peur d’être déçu après l’attente et les espoirs fondés.
 Et encore plus avec ce nouvel album pour trois raisons. Tout d’abord parce qu’il vient deux ans après le dernier alors qu’avant on avait notre dose annuelle et que du coup une perte d'inspiration était prévisible. Ensuite parce que cette dernière offrande avait été décevante, proposant des essais dépressifs sans grands émois, juste corrects. Enfin parce que Wrath avait prouvé avoir du mauvais goût en sortant un projet ambient vomitif : MORTOVATIS
 On pouvait avoir des inquiétudes mais, est-ce parce que Wrath a réussi à rejeter ses envies de variété vers d’autres projets comme NADIWRATH, il revient ici avec l’album de DODSFERD qu’on voulait, idéal. Celui-ci est formé de 6 titres et s’allonge sur 55 minutes sans aucun temps mort, ni introduction, conclusion ou quelconque intermède inutile. La durée des titres est variable, allant entre 4 et 15 minutes, mais on a bien 55 minutes de musique, et 55 minutes qui font mal. Ceux qui avaient oublié la qualité des meilleurs opus de DODSFERD vont avoir un choc, et vite se souvenir que c’est l’un des meilleurs groupes du genre du XXIème siècle !
 Et bien entendu, ça tape fort tout de suite, avec un premier titre court, mais intense, qui tabasse direct. Son agressivité, sa haine, ses riffs simples et accrocheurs donnerait des envies de meurtre au plus pacifiste des adorateurs de Saint Oui-Oui. Et les vocaux, excellents, sont les clous qui viennent parachever l'ensemble. La douleur et la rage s’y mêlent comme à l’accoutumée, avec des cris !!! qui viennent nous haranguer et monter la tension de plusieurs crans. Un œil sur le titre de ce morceau : « The Hate Goes On ». Bien choisi ! D’ailleurs, Wrath a toujours eu ce talent là aussi de bien nommer ses créations, même si c’est parfois avec des longueurs.
 Ceux qui auront survécu à ce premier coup de semonce sans concession n’auront pas trop de temps pour récupérer puisque les autres titres sont tout aussi réussis. Mais ils ne sont pas dans la même veine. DODSFERD nous sort un album complet avec les bonnes vieilles formules tirées de ses précédentes réalisations. « Praying in Vain Under the Shrine of Your God », avec ses 15 minutes est plus lent et vicieux, et les vocaux suivent la tendance en retrouvant leur effet rocailleux torturé de Death Set the Beginning of my Journey.
 Le troisième titre « Your Kingdom Was Built in a Lie » est quant à lui plus punk, faisant écho à Desecrating the Spirit the Life dans une version moderne, améliorée. C'est un punk qui colle au BM sans lui voler la vedette, et ça, c'est pas évident à faire C’est que DODSFERD maîtrise sa musique, et ne se laisse pas emporter par ses idées. Les autres styles servent sa musique sans l'abimer. Il nous rejoue la même d’ailleurs plus loin sur le début de « Spitting with Hatred the Insignifiance of Life » avec des saveurs BLACK SABBATH, très bien digérées et donc appréciables, même par un frondeur comme moi qui ne supporte pas les papys du doom heavy…
 Je vais laisser la surprise pour les autres titres, mais ils sont tous jouissifs, jouissifs et encore jouissifs d’un bout à l’autre. Ravageurs, ils viennent nous donner une leçon, et une fessée cul nu comme on n’en aura pas beaucoup en 2011. S’il fallait donner des points noirs à cet album, déjà ils ne sauraient qu’être gris ! Ce serait le manque de nouveautés époustouflantes, on a juste des effets de guitares-cascade sur « Preaching Death and Destruction », qui se marient à merveille avec les hurlements de damné de Wrath. Mais en général, c’est du bon vieux pot pour la meilleure des confitures. On peut aussi reprocher une légère baisse sur le titre éponyme qui tente plusieurs gros changements de rythme et des petites « tribaleries » mais bon, rien de bien grave.
 Allez, on ferme cette fenêtre Internet et on va commander l’album de suite !

par Sakrifiss, le 21/04/2011

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARCKANUM - ÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Sardonic WrathDARKTHRONE - The Cult Is AliveDARKTHRONE - Transilvanian HungerDARKTHRONE - Under a Funeral MoonDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyBATHORY - Under the Sign of the Black MarkNYSEIUS - De Divinatione DaemonumCRAFT - VoidMORRIGAN - CeltsBILSKIRNIR - Wotan Redivivus

D'autres albums d'ambiance Dépressive/Suicidaire recommandés

LYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceWOODS OF DESOLATION - Torn Beyond ReasonSHINING - II - Livets ÄndhållplatsGRIEFLOSS - RuinerSILENCER - Death - Pierce MeLUROR - Cease To LiveBETHLEHEM - BethlehemTHE ARRIVAL OF SATAN - Vexing VersesLIFELOVER - PulverLYRINX - Nihilistic PurityAUSTERE - To Lay Like Old AshesNYKTALGIA - Peisithanatos

Autres chroniques