DISSECTION

The Somberlain

Si la Norvège a énormément apporté au black metal en général, il ne fait aucun doute que la Suède en a fait de même pour le death metal. Et si je vous parle de death metal suédois sur Postchrist, c'est pour l'inspiration indéniable qu'il a joué sur des combos comme MARDUK d'un côté ou DISSECTION de l'autre. Chez ce dernier, le death suédois des premières démos se retrouvais vite transformé par des mélodies plutôt heavy, la brutalité des compos s'atténuait offrant une certaine élégance à l'ensemble. Le black/death mélodique venait à peine de naître (UNANIMATED presque un an avant) et d'autres groupes allaient suivre très vite (SACRAMENTUM, DAWN, etc.). The Somberlain en est certainement l'un des meilleurs représentant.

Enregistré au fameux Unisound Studio, on retrouve logiquement Dan Swanö aux manettes, incontournable de l'époque avec Peter Tägtgren, et le travail est à la hauteur de la réputation du bonhomme.
Dès le début, DISSECTION montre une grande maturité dans ses compos. Mais ce qui fait surtout la renommé de ce disque, c'est la richesse de ses mélodies, et l'esthétisme qui s'en dégage. Le premier titre, "Black Horizons", suffirait à lui seul pour comprendre cela, mais il ne saurait résumer la quintessence de l'ensemble. Tout est magnifiquement orchestré, des accélérations prenantes aux leads majestueux, on est ensorcelé du début à la fin et rien n'est de trop. Impossible d'imaginer cet album sans les arpèges (grisant) d'un "Crimson Towers", "Into Infinite Obscurity" ou "Feathers Fell", les accords mythiques de "The Somberlain", le break dévastateur de "Heaven's Damnation" allié à la voix complètement possédée de Jon. D'ailleurs parlons-en de la voix : d'une grande maîtrise, hargneuse, démoniaque, une force incroyable ! On a même du mal à imaginer que Jon était seulement âgé de 18 ans à l'époque. Et si cela ne suffisait pas, l'enchaînement "In the cold winds of nowhere" / "The Grief Prophecy" vous laissera certainement sur les rotules car c'est un condensé de toutes les qualités que je viens d'énumérer, ajouté à un refrain difficile à oublier.

Un album que je réécoute régulièrement, avec autant de plaisir, si ce n'est plus, même plusieurs années après sa découverte. The Somberlain et son successeur sont les rares albums jamais rangés de ma discothèque, toujours près du lecteur. Et si dans mes notes je donne l'avantage (léger) à cet album, c'est pour ses mélodies qui me touchent plus sur la longueur. Au delà de ce détail tout personnel, il demeure évident qu'en deux albums, DISSECTION a marqué à jamais l'histoire du Black Death scandinave, tout comme la plupart des sorties du label No Fashion Records durant cette période.

Un premier album qui a inscrit le groupe dans la légende, à juste titre. Indispensable.

par Blaise, le 11/11/2012

D'autres albums de Black Death Metal recommandés

LORD BELIAL - Unholy CrusadeZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)HYPERION - Seraphical EuphonyTHULCANDRA - Under a Frozen SunTERRODROWN - Colonize And RegulateVINTERLAND - Wings Of Sorrow  - Welcome My Last ChapiterCRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshBORGIA - Promo MMVIIBESTIAL WARLUST - Blood and ValourEVOHE - Tellus MaterSEELENTOD - The Ageless DynastyDISSECTION - Storm of the Light's Bane

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AFSKY - SorgULG - WindarkRUNESPELL - Unhallowed Blood OathDEADWOOD - Picturing a Sense of LossWHITE DEATH - White DeathDARK SONORITY - KaosrekviemMIST OF MISERY - Shackles of LifeAU CHAMP DES MORTS - Dans la joieEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandARKONA (POL) - LunarisURFAUST - Der Freiwillige BettlerURFAUST - Trúbadóirí Ólta an Diabhail

Autres chroniques