DIMMU BORGIR

Death Cult Armageddon

Tirant leur nom d'une ancienne formation volcanique en Islande, le Château Noir, les Norvégiens de DIMMU BORGIR se seront fortement inspirés des temps anciens pour les débuts de leur carrière. A l'époque, DIMMU BORGIR produisait un Black Metal Symphonique mélancolique et raffiné. Par la suite, le groupe se fera remarquer par le label allemand Nuclear Blast. Et dès leur troisième album, Enthrone Darkness Triumphant, il adoptera une vision du Black Symphonique proche d'un LIMBONIC ART ou du Anthems to the Welkin at Dusk d'EMPEROR. Cette vision d'un Black Metal Symphonique majestueux, ils la conserveront pour la suite, et ils la compléteront avec des notes de grandiloquence. De plus en plus décomplexé avec cet aspect, DIMMU BORGIR finira par inviter un orchestre symphonique principalement composé de violons pour Puritanical Euphoric Misanthropia, leur cinquième album sorti en 2001. Mais tandis que certains considéraient cet album comme leur meilleur album, d'autres regretteront l'époque de Stormblast ou d'Enthrone Darkness Triumphant. Le groupe continuera dans cette lancée en invitant un orchestre symphonique en entier pour l'album suivant, Death Cult Armageddon, qui sortira en 2003.

Ce qui me semble être le son d'un instrument de torture s'enclenche dès la lecture de Death Cult Armageddon. En ouvrant le boîtier du disque, on se rend compte que le livret est complet. Sur les images, nous nous retrouvons au milieu d'une guerre dans un avenir désespérément proche. Et oui, il s'agit de l'avenir et non plus des temps anciens. Ça nous change des premiers albums de DIMMU BORGIR. L'album que nous tenons, désormais, est voué au culte malsain de l'Armageddon prochain. Le concept du disque donne envie, même si je n'ai pas creusé davantage. Toujours est-il que ce décor digne d'une bande dessinée de Dark Fantasy pose les bases atmosphériques de la thématique.

Et quoi de mieux, en terme d'atmosphère, qu'un titre comme "Allegiance" ? Avec le sixième titre, "Blood Hunger Doctrine", c'est celui qui nous donne le plus d'images en tête. Mais Death Cult Armageddon, ce n'est pas qu'un assemblage de plages atmosphériques de riffs lents et sinueux, car la batterie commence vite à blaster. Aussi, l'orchestre prend assez vite le premier rôle. Cet orchestre dirigera davantage encore la mélodie sur le prochain titre, "Progenies of the Great Apocalypse". Que dire sinon que c'est inattendu d'entendre du Métal Extrême, tous styles confondus, où le rôle des riffs de guitares est remplacé par des orchestrations ? La réaction des puristes du Black Metal sera rapide, ils auront vite fait de maudire le nouveau DIMMU BORGIR. Mais pour celle des amateurs de Black Metal à claviers, ce sera plus partagé. Effectivement, lorsqu'on se penche sur les qualités de Death Cult Armageddon, on commence à percevoir de grandes variétés rythmiques sur chaque morceau. Le jeu de batterie est riche. Les guitares sont techniques. De plus, à défaut de rappeler à chaque coup le Black Metal des DARKTHRONE et compagnie, elles peuvent s'envoler vers les territoires du Heavy Metal et du Thrash Metal. Le clavier contribue bien plus à l'atmosphère qu'auparavant. Enfin, le chant black est excellent, pouvant partir vers le chant guttural death pour mieux coller au concept de l'album parlant de la mort. J'aime un peu moins le chant clair de Vortex, pourtant excellent chez ARCTURUS ou BORKNAGAR. Pour moi, ici, il ne rajoute rien à la musique.

A partir de "For the World to Dictate Our Death", nous aurons droit à des titres moins savoureux que les quatre premiers. A l'image de "Cataclysm Children", ce morceau me semble moins brillant que le reste. Cet album s'écoute de manière récréative. Le Black Metal doit, normalement, comporter des guitares. Si on fait de la musique comme dans ce Death Cult Armageddon, on s'éloigne de l'esprit originel du style. J'aime encore bien ce genre d'album, mais pas à longueur de journée. L'album continue ainsi jusqu'au titre symphonique par excellence, "Eradication Instincts Defined", suivi d'un "Unorthodox Manifesto" nous rappelant la thématique du disque avec ses bruits de guerre moderne. Ces deux longs titres font partie de mes préférés de l'album. Enfin, le dernier titre revient sur du Black Metal Thrashisant où l'aspect symphonique est relégué au second plan. Ce titre ne terminera ainsi pas l'album sur un Happy End mais sur une fin tragique.

Premier album de DIMMU BORGIR moins réussi que les autres, on est cependant loin des deux albums qui suivront car ceux-là seront vraiment moins bons. Mais nous sommes également loin d'un Puritanical Euphoric Misanthropia plus qu'excellent. Amateur de Black Metal Old school, cet album n'est effectivement pas pour vous. Par contre, si vous êtes dans une période où vous avez du mal avec le BM pur, vous pouvez réessayer, juste pour vous détendre. Moins massif que Puritanical Euphoric Misanthropia ou Enthrone Darkness Triumphant, cet album est un bon compromis dans ce genre de situation. Pour les amateurs de Black Metal Symphonique, cet album vous plaira certainement. En plus des claviers et des orchestrations à gogo, les musiciens ont conservés leur étincelle de haine. Comme CRADLE OF FILTH à la même époque, ce genre de production amènera son lot de nouveaux adeptes du Black Metal. Ce genre de groupe, en plus de ne pas être mauvais, est toujours utile. Un album loin d'être indispensable, mais qui fait plaisir de temps en temps.

par Gul Le Ricanant, le 02/08/2016

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

MESARTHIM - AbsenceROTTING CHRIST - AealoSKYFOREST - AftermathVAMPIRIA - Among MortalsFAR BEYOND - An Angel´s RequiemGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyDISMAL EUPHONY - Autumn Leaves: The Rebellion of TidesBLOOD STAINED DUSK - Black Faith InquisitionOBSIDIAN GATE - Colossal ChristhuntDIABOLICAL BREED - Compendium InfernusCRADLE OF FILTH - Cruelty And The BeastTVANGESTE - Damnation Of Regiomontum

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

PENUMBRA - EmanateNAGELFAR - SrontgorrthCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornOLD MAN'S CHILD - Revelation 666 - The Curse Of DamnationDIMMU BORGIR - Enthrone Darkness TriumphantDIMMU BORGIR - Spiritual Black DimensionsDIMMU BORGIR - Puritanical Euphoric MisanthropiaABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityDEATHSPELL OMEGA - Si Monumentum Requires CircumspiceTHE RUINS OF BEVERAST - Unlock The Shrine

Autres chroniques