DIAMOND EYED PRINCESS

Korlgueläal

Et encore un rejeton de la scène française ! Tout droit venus de Toulon, Darkhyrys et sa bande forment DIAMOND EYED PRINCESS en 1997. Après un split en 2000 avec INFECT, le groupe sort Pagan Rite en 2001 chez les frenchies d'Aura Mystique. Un album assez faible mais qui permet tout de même au groupe de s'assurer une certaine reconnaissance dans leur pays. 9 ans après (tout de même !) le groupe sort son deuxième album, Korlgueläal, cette fois-ci chez la grosse écurie teutonne de Northern Silence.

On est de prime abord impressionné par le packaging, qui ne fait pas les choses à moitié. Un digibook de 40 pages, avec les paroles bien entendu, mais également le concept de Korlgueläal expliqué en anglais, ainsi que la carte du royaume créé par le groupe.

Le concept se présente donc sous la forme du journal du héros, Gueläal. Celui-ci est malheureusement fort peu original et peu cohérent ; difficile de comprendre les tenants et les aboutissants de la « quête » de Gueläal, l'histoire est assez faiblement ficelée avec des adages vus et revus (un guerrier qui va chercher des éléments dans de différents territoires...). Bref l'histoire est très peu marquante, autant embrayer tout de suite sur la musique.

Et cette dernière est un peu à l'image du roman : prévisible et déjà vue. DIAMOND EYED PRINCESS joue une sorte de black pagan épique (bien que le groupe ne se revendique pas de ce style !), plus ou moins folk par moments. Ainsi, « Kregan » est une sorte de ENSIFERUM sous speed et blast, en plus black. Assez épico-niais donc, et si on se laisse prendre par l'efficacité du style, ne vous attendez pas à être transportés non plus ! Ces influences se retrouvent dans « Svarn Lak Dral », mélange de folk guilleret et dansant à la KORPIKLAANI et de blasts à leads épiques et bien efficaces, certainement la meilleure chanson de l'album.

L'ambiance se fait plus noire par moments, avec notamment « Tüm Dralver Flöna », ambiance mordorienne plus ou moins réussie malgré les riffs assez simplets et les imperfections. « Korlgueläal » fait penser à une version aseptisée et rapide de FALKENBACH, sans les magnifiques voix claires de Vratyas.

Ce Korgueläal est un peu un pétard mouillé, autant au niveau du concept que de la musique. C'est beau dans la forme, c'est bien exécuté, ça donne envie, mais ça ne produit pas l'effet tant attendu. On espère donc que DIAMOND EYED PRINCESS trouvera sa voie, car malgré ces défauts et imperfections, le groupe a bel et bien du potentiel.

par Jankowitch, le 07/12/2010

D'autres albums de Black Metal pagan recommandés

BATHORY - Blood Fire DeathHEGEMON - Contemptus MundiHEIMDALLS WACHT - Ut de graute olle Tied - Deel IHEIMDALLS WACHT - Nichtorte....oder die Geistreise des RunenschamanenBELENOS - SpicilegeAORLHAC - A la croisée des ventsYE OLDE RELIC - The SeasonsPOTENTIAM - BálsýnWINTERFYLLETH - The Mercian Sphere HAVUKRUUNU - HavulinnaanHEIMDALLS WACHT - Ut de graute olle Tied - Deel Twee (Land der Nebel)ALDAARON - Nous Reviendrons Immortels

D'autres albums d'ambiance Epique/Fantasy recommandés

BAL-SAGOTH - The Chthonic ChroniclesSUMMONING - With Doom We Come EMYN MUIL - Elenion AncalimaHYPERION - Seraphical EuphonyIMMORTAL - At The Heart Of WinterBAL-SAGOTH - Starfire Burning Upon the Ice-Veiled Throne of Ultima ThuleVALLENDUSK - Homeward PathMACABRE OMEN - Gods of War - At WarMACABRE OMEN - The Ancient ReturnsHIMINBJORG - WyrdFHOI MYORE / WYRMS - Les Limbes Pourpres / Mehxôhorr - Les IV Dimensions CosmogoniquesTRIUMPHANT - Herald the Unsung

Autres chroniques