DEMONAZ

March of the Norse

Avant d’être le nom de ce groupe, DEMONAZ est bien sûr celui du membre fantôme d’IMMORTAL, celui qui a dû arrêter la guitare en '97 pour rester parolier des deux autres compères. Celui qui a toujours semblé se contenter d’être en retrait mais qui avait en fait depuis longtemps l’envie de former son projet. Après une démo auto-produite en 2007, il sort enfin un premier album et c’est chez Nuclear Blast, le label fourre-tout, dernier paradis des groupes de metal... J'ironise un peu parce que j’ai été un fidèle client du label jusqu’à il y a une dizaine d’année et qu’il est désormais rare qu’il me propose des choses palpitantes. DEMONAZ chez lui est donc une bonne surprise, d’autant que c’est un bon album. 

Demonaz s’est entouré de vieilles connaissances pour l’occasion en faisant appel à Armagedda, ancien batteur d’IMMORTAL également membre de I, ainsi qu’à Ice Dale, bassiste et guitariste membre d’ENSLAVED, OV HELL, AUDREY HORNE et I entre autres. Un line-up qui avait de quoi m’inquiéter puisque je ne suis pas très fan de I, mais qui se révèle finalement éloigné et bougrement efficace. March of the Norse est composé de 9 titres pour près de 40 minutes, dont une intro et un intermède de moins d’une minute chacun. La moyenne des morceaux est de 5 minutes, mais l’un d’entre eux est plus long que les autres, c’est « Under the Great Fires » avec ses 6.34mn. A noter que l’on retrouve un titre de la demo : « Over the Mountains ».

DEMONAZ fait du « black vicking heavy épique », et surtout pas du folklorique ou festif. C'est à dire que la musique du groupe est un bon compromis entre le black à tendance heavy d'IMMORTAL et le vicking à la BATHORY / ENSLAVED / GRAVELAND. Elle est très facile d’accès mais ne se perd pas dans la trop grande simplicité. Il y a bien des refrains, imparables d’ailleurs, mais aussi beaucoup de soli et de breaks. En écoutant tous ces titres, on a envie de bomber le torse et d'entrer dans le domaine des Dieux scandinaves, dans un Grand Nord vaste et froid.
Ces ambiances sont créées avec des riffs assez proches de BATHORY, rappelant principalement la période Nordland en plus épique. Et puis surtout il y a beaucoup de chœurs masculins qui officient soit seuls comme sur l’intro et l’intermède pour planter un décor, soit derrière les vocaux principaux pour ajouter de la tension. Ces chœurs ont exactement le même effet que ceux féminins omniprésents sur les derniers GRAVELAND. Difficile de ne pas sentir le blizzard souffler sur tout notre corps.

Le côté heavy à la IMMORTAL s’incruste grâce à des soli présents sur chaque titre, mais seulement ajoutés en milieu ou fin de titre. Très énergiques, ils s’assimilent rapidement, tout comme les vocaux qui manquent peut-être de conviction mais sont parfaitement audibles et donnent envie d’être repris en choeur dès la deuxième écoute !
Au final, on pourrait reprocher une certaine linéarité, mais c’est parce que les ambiances sont très marquées. L’album est cohérent et très plaisant, idéal en matinée quand on manque de motivation pour la longue journée pourrie qui nous attend. Ecouter DEMONAZ, ça file une putain de pêche.

par Sakrifiss, le 16/06/2011

D'autres albums de Black Heavy Metal recommandés

IMMORTAL - Sons of Northern DarknessYOUR SHAPELESS BEAUTY - My Swan SongYOUR SHAPELESS BEAUTY - Sycamore GroveCOUNTESS - The Return of the Horned OneIMMORTAL - At The Heart Of Winter

D'autres albums d'ambiance Nordique recommandés

ORDER OF THE WHITE HAND - Veren muistoOLD WAINDS - NordraumNOCTEM CURSIS - Nocturnal FrostHAGL - IrminsulWINDRIDER - To New Lands... MISTUR - AttendeGOATMOON - Stella PolarisANGANTYR - UlykkeANGANTYR - ForvistANGANTYR - SvigSATANIC WARMASTER - FimbulwinterMORRIGAN - Headcult

Autres chroniques