DEATHSPELL OMEGA

Inquisitors of Satan

Dans la lignée du précédent, DSO continue son hommage au grand DARKTHRONE, sans nouveauté ni originalité aucune, mais toujours aussi bien exécuté, si ce n'est plus que son prédécesseur.

Reprenant encore une fois le schéma tracé par Transilvanian Hunger, DEATHSPELL OMEGA arrive à s'étoffer malgré tout. Un son moins crade, des compos qui gagnent en justesse et en maîtrise mais sans perdre en spontanéité, ce qui fait le charme du genre faut-il le rappeler. Les novices sentirons une certaine redondance dans les structures comme dans les ambiances, il serait plus juste de parler d'homogénéité et de cohérence, chose indispensable quand on parle de black old school, un album de ce type n'aillant pas pour vocation d'atterrir au Concours Lépine.

Oui, le black d'Inquisitors of Satan est cru, froid, sombre, torturé, il contient sont lot de rythmique "punk'n roll" qui fait encore le succès d'un ARMAGGEDON ou d'un DODSFERD mais il sait aussi ralentir le tempo ou se rendre plus hypnotique. On retrouve des montées en puissances divines et le lot de riffs poignants indispensable au genre. Tous les titres peuvent êtres cités à ce sujet, mais les trois derniers méritent qu'on s'y intéresse tout particulièrement, un morceau comme "Decadence" devrait hérisser les poils d'un certain nombre d'amateurs, même chez les plus récalcitrants. Tout est fait ici avant talent, inspiration et strict respect des influences.

Le départ de Shaxul et l'arrivée de Mikko Aspa (CLANDESTINE BLAZE) marquera un changement drastique dans la musique du groupe, changement salutaire certainement, puisqu'il aura permis à l'incontournable Si Monumentum Requires, Circumspice de voir le jour en 2004 et de chambouler un petit peu le monde du black metal. Il participera également à la renommé du label Norma Evangelium Diaboli, ce qui popularisera au passage le terme "orthodox" (rien à voir avec la définition de PostChrist attention) et fera surtout de DSO un des groupes les plus suivis de la scène dans les années 2000 (ce qui ne l'empêchera pas de sombrer).

Bref, ceux qui cherchent de la singularité et de l'audace dans leur BM vénèrerons la suite et ils auront raison, les esprits les plus traditionnels sauront eux apprécier à leur juste valeur ces deux premières sorties de DSO, et ils auront raison également. Deux sorties sans prétention aucune, sans la moindre innovation par rapport à leurs modèles, mais ô combien sincères et intenses, offrant une simplicité qu'il est parfois bon de retrouver.

par Blaise, le 18/03/2014

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

CATAPLEXY - ...Lunar Eclipse, Chaos To The Ruin...SA MEUTE - 50 contre 1DARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkySAD - Abandoned and ForgottenMONARQUE - Ad NauseamAMYSTERY - All Hail the CultGRAUPEL - Am Pranger...TORMENTOR - Anno DominiDARK TRIBE - Archaic VisionsSUPPLICIUM - Atrae PoenaeMOURNING FOREST - Au Cœur de l'Ombre CENDRES DE HAINE - Bellum Omium Contra Omnes

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

DARK FUNERAL - Vobiscum SathanasDARK FUNERAL - Diabolis InteriumENTHRONED - Towards The Skullthrone Of SatanSARGEIST - Satanic Black DevotionBEHEXEN - By The Blessing Of SatanDARK FUNERAL - Angelus Exuro Pro EternusSARGEIST - Disciple of the Heinous PathBEHEXEN - Rituale Satanum SARGEIST - Let The Devil InPLAGA - Pożeracze SłońcSARGEIST - Feeding the Crawling ShadowsTHROMOS - Haures

Autres chroniques