DEAFHEAVEN

New Bermuda

Deux ans après leur excellent Sunbather, le combo californien DEAFHEAVEN revient avec un nouvel album qui n’inclut hélas pas le single « From the Kettle onto the Coil » réalisé l’année précédente. Dommage car cela aurait permisà l’album d’atteindre les presque 53 minutes. Le constat général est ma foi endemi-teinte, même s’il est vrai que le précédent album avait mis la barre vraiment haut.

Quoi de neuf sous le soleil californien ? Et bien cet album est, étrangement, plus Metal que le précédent, à l’image du début des deux premiers morceaux ou du troisième morceau, où l’on peut déceler des riffs Death ou Heavy assez présents. Au contraire, les passages plus Rock comme à la fin de l’avant-dernier morceau, rendent bien davantage honneur à leur musique. C’est à mon sens le principal défaut de l’opus. L’approche est également un peu plus simpliste que sur le précédent album, avec des mélodies plus évidentes, mais pas pour autant plus efficaces. La violence étant moins prégnante, les influences Rock se font plus sentir, mais au détriment de l’aspect traditionnellement atmosphérique du groupe. Les mélodies se distillent toujours bien dans une structure travaillée et marquée par pas mal de breaks dans l’ensemble bien réalisés. Celui au piano à la fin du premier morceau est par exemple tout à fait agréable. Mais le rendu des compositions ressort moins bien. Et cette voix ! George Clarke est décidément un chanteur formidable avec un organe d’une puissance inouïe que l’on ne retrouve hélas pas deux fois dans la scène, quel dommage ! Le chant gonfle la puissance de la musique,mais le manque de violence dans l’exécution et celle de nappes atmosphériques marquées, nuance l’impact des compositions. Cela limite aussi pour la même raison la potentialité du rendu des mélodies. Bref, ça reste très  bien fichu, même dans une approche post-Black plus marquée, mais plus sage et plus…convenu.

On se souvient de la grande nullité du visuel du précédent album, volontairement mauvais évidemment. Celui-ci est à peine meilleur. Disons que cette fois-ci, çaressemble à quelque chose, certes dans la veine avant-gardiste à la vue de lapochette, mais crédible. L’ensemble du digipack (mal fichu d’ailleurs car les ouvertures sont à l’extérieur, facilitant la perte du CD en cas de mauvaise manipulation) est plongé dans des tons sombres et le livret de huit pages est entièrement noir avec les paroles en guise d’ornementation. Sinon, aucun travail infographique, manquerait plus que ça. Mais avouons que l’ensemble a au moins le mérite de ne pas choquer comme sur Sunbather…Côté concept à présent, toujours néant ! Mais plus grave, l'ambiance est indescriptible. Seule la voix permet d'offrir une certaine atmosphère agréable,mais ce n'est pas suffisant pour apporter une ambiance établie. Bien dommage, mais le style le veut également.

Un très bon album, évidemment, mais trop Metal, moins puissant et moins efficace que le précédent. Décevant finalement quand on connaît le potentiel du groupe, mais en soi ça reste un bien bon moment à passer !

par Baalberith, le 27/10/2015

D'autres albums de Black Rock Metal recommandés

LANTLOS - LantlôsSVARTI LOGHIN - Drifting Through the VoidIN LUNA - Forgotten LivesLIFELOVER - PulverDEADWOOD - Picturing a Sense of LossFALAISE - My Endless ImmensityMARUNATA - RéminiscenceTRNA - Lose Yourself to Find PeaceTRNA - Earthcult

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

DEATHSPELL OMEGA - Si Monumentum Requires CircumspiceABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanSOLEFALD - The Linear ScaffoldSPITE EXTREME WING - Non Dvcor, DvcoMURMUÜRE - MurmuüreSIGH - Imaginary SonicscapeMISOGI - Tofotukami WemitamafeGERM - WishJANVS - VegaALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryCIRRHUS - Cirrhus

Autres chroniques