DARKESTRAH

The Great Silk Road

Très attendu, ce troisième album du groupe allemand d’origine kirghize DARKESTRAH ne m’a aucunement déçu. Toujours dans un style de Black Metal difficilement classable, entre le mélodique, les essais symphoniques et folkloriques, le potentiel est bien là. Je pense ici notamment au guitariste Anti, lui-même acteur principal du projet parallèle du même nom, qui n’a rien à voir avec DARKESTRAH, mais qui est d’une qualité également remarquable…

Beaucoup de points positifs donc dans ce nouvel album. Commençons par ce qui est « nouvellement positif » : le visuel et l’ambiance. Certes, de ce côté le groupe n’a jamais été avare, mais si le deuxième album nous offrait un visuel assez conséquent mais un peu sous-fait et le troisième album un ensemble mieux réalisé mais un peu pauvre, ce quatrième opus est vraiment bien fait : le concept des steppes médio-asiatiques est parfaitement exprimé, jusqu’au posing très crédible de chaque membre du groupe. A peine y distingue-t-on un ou deux montages pas très heureux. Question ambiance, c’est encore plus abouti : les instruments traditionnels de leur pays y sont pour beaucoup, mais l’atmosphère dégagée s’appuie sur de nombreux autres points. Et sur ce plan, on arrive doucement à l’aspect purement musical…

Là, la première remarque, logique me direz-vous en raison de la durée des morceaux (deux de plus de douze minutes et un qui frôle les 19 ! MOONSORROW a du souci à se faire !), c’est la qualité de la construction musicale. On ne s’ennuie pas un seul instant sur aucun des morceaux : les breaks, les transitions, les changements de rythme, les ajouts de passages calmes et d’essais instrumentaux en piqué ou tout en douceur, sont maîtrisés d’une manière suffisamment intelligente pour que la redondance ou la lassitude soient totalement écartées. Sur ce point, on ne peut s'empêcher de remarquer la continuité évidente de Epos.

Certes, la technique n’est pas extraordinaire, mais ce n’est absolument pas la question au sein de leur musique. Le seul petit bémol en fait, porte donc sur l’inspiration : rien de blâmable, la qualité est là aussi présente, avec de bons morceaux et surtout de très bons passages où des riffs très pertinents offrent un rendu grandiose ou presque (ex : premier et dernier quart du 2e morceau), mais comparé à la très grande qualité du reste des points musicaux ou non de cet album, cela reste insuffisant. Ne faisons pas la fine bouche, mais ce qui doit être dit, doit être dit...

En définitive, voilà un très bon album qui reste pour ma part inférieur à Embrace Of Memory en raison d’un rendu de compo inférieur, mais qui ne laisse aucun doute sur la qualité de cette formation germano-kirghize. Une seule chose à dire en conclusion : vivement le prochain !

par Baalberith, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal pagan recommandés

HELHEIM - Av Norron AettNYDVIND - Eternal Winter DomainAGALLOCH - The MantleHEGEMON - Contemptus MundiBELENOS - Chemins de souffranceUTLAGR - 1066 - Blood and Iron in HastingsHIMINBJORG - Where Ravens FlyHIMINBJORG - In the Raven's ShadowALDAARON - Nous Reviendrons ImmortelsPANTHEON - Draugrs DaugAORLHAC - A la croisée des ventsYE OLDE RELIC - The Seasons

D'autres albums d'ambiance Orientale recommandés

DARKESTRAH - TuranCHTHONIC - Takasago ArmyCHTHONIC - Mirror of RetributionDARKESTRAH - EposDARKESTRAH - Embrace Of Memory

Autres chroniques