DARKESTRAH

Manas

Cela fait maintenant (2013) 14 ans que le groupe germano-kirghize DARKESTRAH sévit sur la scène Black Metal. Sortis de l'ombre en 2005 avec leur deuxième album, Embrace of Memory, ils sortent aujourd'hui leur 5e album complet : Manas, du nom d'une œuvre éponyme traditionnelle majeure de la littérature kirghize. Jusque-là tout est logique. Ce qui l'est moins, c'est que beaucoup d'espoir avaient été mis dans le potentiel de ce groupe et que ce dernier album en date vient tout contredire. Pourquoi ?

Pour répondre, il faut d'abord revenir à l'évolution du groupe. Débutant dans un style plus atmosphérique, notamment marqué par leur premier album Sary Oy, le groupe s'est orienté dès 2005 dans un style davantage basé sur les percussions et les rythmes. C'était à n'en point douter un bon choix, qui culmine avec à ce jour sans conteste leur meilleur album : The Great Silk Road, sorti en 2008. Depuis, le groupe semble vouloir retourner à la « toute-puissance » des atmosphères, comme l'a montré leur précédent ep Khagan. Ici, les titres sont assez longs (ce n'est pas une nouveauté), mais clairement menée par les claviers. Le rythme est très posé, les contrastes quasi-inexistants en dehors de quelques pointes de vitesse. Heureusement plusieurs passages avec instruments et quelques voix traditionnels (en train justement de conter l'épopée) viennent casser une monotonie qui risque malgré tout d'endormir certains. La construction musicale générale manque donc vraiment de travail et de finition.

Un deuxième facteur a pu jouer : le départ d'Anti, (principal) responsable jusque-là des guitares. Difficile de connaître le rôle du monsieur dans les compositions, Asbath semblant dominer tout le groupe musicalement, mais force est de constater que les riffs sont bien moins pertinents depuis que Resurgemus est seul à s'en occuper (ce qui n'avait jamais été le cas jusqu'alors). On remarquera à la rigueur un bon moment de guitare dans la première partie du 2e morceau. Les mélodies sont d'ailleurs globalement sans grande efficacité en raison d'un manque d'inspiration évident. Si l'ensemble est loin d'être déplaisant, à peine quelques timides passages ressortent réellement. Ajoutons que Kriegtalith s'est essayée à la voix claire (féminine donc), et que le résultat est franchement de mauvais goût ! Pour couronner le tout, l'album n'atteint même pas les 41 minutes...

Même constat pour le visuel. La pochette n'est pas belle : elle rend bien compte du concept mais sans force ni grandeur. Le simple livret 8 pages, couvert de rouge, laisse bien transparaître quelques croquis intéressants, mais mal mis en valeur. Comme je l'ai laissé comprendre, le concept est comme toujours chez DARKESTRAH à la fois épique et nationaliste. Manas, héros nomade kirghize, mène son peuple contre la dynastie mongol alors au pouvoir en Chine. Le groupe y voit logiquement ici une manière de rendre hommage à leur culture et cela se traduit par une ambiance très intéressante. C'est bien là le dernier rempart encore intact de la citadelle DARKESTRAH et cela reste insuffisant.

Une bien grande déception donc, qui vient confirmer les craintes qu'avait généré le précédent ep (pourtant de meilleure qualité) et qui ne rend pas du tout hommage au talent de ce groupe ! Il n'y a plus qu'à espérer un sursaut de vigueur pour le prochain opus...

par Baalberith, le 25/07/2013

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdVIOLET COLD - Sommermorgen (Pt. I to III)DRUDKH - They Often See Dreams About the SpringAFSKY - SorgONIRISM - The Well of StarsLOTH - ApocrypheLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnSUNKEN - DepartureSUMMONING - With Doom We Come SADNESS - LeaveZAKLON - Viatry Karacunavaj nocyULG - Windark

D'autres albums d'ambiance Orientale recommandés

DARKESTRAH - Embrace Of MemoryDARKESTRAH - EposDARKESTRAH - The Great Silk RoadDARKESTRAH - TuranCHTHONIC - Mirror of RetributionCHTHONIC - Takasago Army

Autres chroniques