DARKENHOLD

Castellum

J'ai toujours un peu regretté la fin d'ARTEFACT. Ruins était une superbe pièce, à la fois très organique et éthérée, dont les résonances anciennes étaient des plus convaincantes. Une disparition d'autant plus regrettable que l'album n'a pas eu de réelle suite. L'approche de DARKENHOLD a été différente dès le début, même si l'on sent fatalement un lien entre les deux formations, son but était vraiment de rendre hommage à la deuxième moitié des années 90, les influences Heavy que l'on avait chez ARTEFACT n'ont quasiment plus lieu d'être ici.

Après un premier album certes très bon, un retour aux sources intéressant, captivant, mais avec le recul pas suffisamment poussé, Echoes from the Stone Keeper offrait une simple continuité, un peu plus sombre dans l'approche mais pas aussi intéressant, pas aussi captivant, en fait profondément "moyen", à tel point qu'il n'y a pas grand chose à dire dessus.

Mais ça, c'était avant.

Ce troisième album marque un véritable saut qualitatif dans la carrière du groupe. Il nous offre un Black mélodique de haute volée, majestueux, un niveau d'inspiration et d'intensité sans pareil, en tout cas actuellement, car très rares sont les groupes à encore sonner de la sorte. Ce que fait DARKENHOLD sur Castellum n'est pas nouveau on s'en doute, c'est pile dans cette fin des années 90 mais avec une façon de faire bien précise : celle des tout débuts de GODKILLER (The Rebirth of the Middle Ages), WALLACHIA (l'EP éponyme), MEPHISTOPHELES (Landscape Symphonies), DIABOLICAL MASQUERADE (Ravendusk in My Heart) et j'en passe. DARKENHOLD ne ressemble pourtant à aucun, mais emprunte à chacun. C'est tout l'intérêt de cet album. On retrouve ces mélodies tournoyantes tels des vents glaciaux en plein visage, cette rythmique galopante et puissante, ces arpèges accueillants, ces ponts enivrants (comment ne pas lever fièrement son épée sur « Glorious Horns » ? Ne pas ressentir toutes la nostalgie des temps passés que dégage un titre comme « Le Souffle des Vieilles Pierres » ?) et bien sûr ce synthé typique de la période, superbement bien dosé au demeurant, ni trop ni trop peu, qui dessert l'ambiance mais ne s'impose pas. La recette marche à merveille pour qui est encore sensible à cette époque. Je ne décortiquerais pas chaque titre et vous laisse le plaisir de la découverte, mais sachez qu'ils renferment tous leurs particularités et leurs richesses.

Bref, peu importe mes regrets sur la fin d'ARTEFACT, la relève ne comble pas le manque mais apporte bien mieux. Un album terrible, à écouter en boucle sans craindre de lassitude, un album « résonnant dans les courbes du temps » comme on se plait à l'entendre sur le premier titre. On ne pouvait pas trouver mieux pour le résumer. DARKENHOLD se réveille, le passé n'a qu'à bien se tenir !

par Blaise, le 14/10/2014

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

CELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisMORTIFERA - MaledictiihEPHELES - Je Suis AutrefoisHAKUJA - LegacyMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyHARAKIRI FOR THE SKY - AokigaharaKATECLYSM - Demo 2007APOPTOSIS - From Fall to Winter SolsticeOV HOLLOWNESS - DiminishedGARLEBEN - HammoniaFOREST OF FOG - Nebelhymnen

D'autres albums d'ambiance Médiévale recommandés

DARKENHOLD - Memoria SylvarumSUHNOPFER - OffertoireSATYRICON - Dark Medieval TimesPESTE NOIRE - La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescenceLUNAR AURORA - Andacht

Autres chroniques