DARK FURY

Saligia

DARK FURY, tout le monde a déjà vu leurs albums dans les distros, quelles qu’elles soient, et où qu’elles soient. Par contre on en parle assez peu, malgré la présence de Raborym (OHTAR, THOR’S HAMMER, SELBSTMORD…) et la moyenne de sorties avoisinant l’album par année, et ce depuis 2004. De toute façon, même lorsqu’on en parle, c’est de façon assez concise. Difficile d’être bavard quand une entité est aussi fidèle à un trve black de base. J’avais conclu une autre chro avec ces mots :
« L’album est donc à conseiller aux personnes qui n’attendent pas que le haut du panier ou que des groupes à forte personnalité. DARK FURY fait la musique qu’il aime avec passion et c’est communicatif. Ce qui me suffit et me convient parfaitement ».
 Je pourrais recycler mes paroles, mais ce ne serait pas honnête envers le groupe qui a toujours fait l’effort d’apporter quelques nuances à chaque sortie.
 Cette fois-ci, le groupe a décidé de bien bosser la thématique, et a choisi de s’intéresser aux 7 péchés capitaux. C’est pourquoi l’album se nomme Saligia, assemblage de la première lettre de chaque péché. A savoir :

1. Superbia (orgueil)
2. Avaritia (avarice)
3. Luxuria (luxure)
4. Invidia (envie)
5. Gula (gourmandise)
6. Ira (colère)
7. Acedia (paresse)

 Il va sans dire que les paroles respectent le concept, mais en ce qui concerne la musique, c’est un peu moins prononcé. La tendance générale est comme d’habitude un black raw fidèle aux albums précédents, avec des accélérations et des breaks classiques, mais des petites surprises parsèment les 33mn de musique. « Luxuria » commence ainsi par des vocaux dépressifs, et il est coupé par des cris de jouissance féminine. « Invidia », le titre sur l’envie, se clôt quant à lui avec des rires caustiques malsains, et une sorte de partie électro vient se greffer sur l’orgueil.
Ces artifices sont bien trouvés, et permettent d’approfondir les ambiances, mais on aurait aimé en avoir plus. Je pense surtout à l’hymne à la colère, qui aurait dû être l’occasion de sortir l’artillerie lourde et de tout défoncer, mais qui au bout du compte est sur le même rythme que le reste. Finalement, il aurait pu parler de la cueillette des champignons, il n’aurait pas été très différent.
Les efforts sont donc appréciables, mais un peu insuffisants. L’idée aurait été plus efficace si elle avait été mieux creusée. DARK FURY est égal à lui-même et c’est toujours bon de prendre sa petite dose annuelle.
http://www.myspace.com/darkfurymetal

par Sakrifiss, le 25/04/2011

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

WINTER OF APOKALYPSE - Solitary Winter NightBLODSRIT - HelvetshymnerLEVIATHAN (Swe) - Far Beyond The LightWARLOGHE - Womb Of PestilenceMORKEKUNST - MørkekunstARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderARMAGEDDA - Only True BelieversHETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensTORTURIUM - Misanthropic Angels Burning WindsDER STÜRMER / TOTENBURG - Si Vis Pacem, Para BellumODELEGGER - The Titan's TombFREITOD - Possessed by the Horns of Terror

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

DEATHSPELL OMEGA - Si Monumentum Requires CircumspiceABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanSOLEFALD - The Linear ScaffoldSPITE EXTREME WING - Non Dvcor, DvcoMURMUÜRE - MurmuüreSIGH - Imaginary SonicscapeMISOGI - Tofotukami WemitamafeGERM - WishJANVS - VegaALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryCIRRHUS - Cirrhus

Autres chroniques