DARK FORTRESS

Ylem

Les vétérans allemands de DARK FORTRESS formés en 1994 sont de retour avec un sixième album en 10 années. Ils conservent leur moyenne d’un album tous les 2 ans, mais ils apportent des changements et évitent une routine ennuyeuse. Ils ne rééditent donc pas le décevant dernier Eidolon, bien plat dans la famille du BM brutal à la DARK FUNERAL.

 Bon, sur les 11 titres, il en reste encore certains très classiques, bêtes et méchants avec des vocaux très linéaires qui correspondent peut-être aux ambiances, mais qui ne viennent pas nous secouer. Ces titres sont assez laborieux en fait et « Nemesis » ou « Osiris » donnent mal au crâne rapidement et il faut être maso pour aller au bout de leurs six et sept minutes. La plupart des morceaux sont d’ailleurs à rallonge, dépassant fréquemment les 6mn et entrainant l’album autour des 70mn. C’est bien trop long pour le genre, l’attention ne suit pas...
 Il faut donc prendre les titres les uns après les autres plutôt qu’à la suite, et surtout se concentrer sur ceux qui tentent d’innover. Ces efforts pour varier musicalement ne sont pas toujours réussis, mais ils sont salvateurs. On trouve des passages influencés par SHINING, plus mid-tempo et plus sombres. C’est palpable sur « Hirudineans », et flagrant sur « As the World Keels Over » où mêmes les vocaux se font torturés comme chez les Suédois.
 D’autres titres amènent d’autre variations, comme du death ou du heavy. Sur « Satan Bled », ce sont les vocaux qui se font caverneux pour conférer au titre une ambiance lourde particulière. Fatigante, mais particulière... Le problème vient surtout du manque de puissance pour en faire un titre percutant.
 DARK FORTRESS est pourtant capable de faire du percutant et le premier titre, « Ylem », est excellent avec des riffs virils qui font mouche et concurencent enfin sérieusement DARK FUNERAL. Ensuite, un des seuls autres morceaux qui me parle est « Evenfall ». Il commence pourtant très mal avec des ambiances doom du pauvre, mais elles se transforment subitement en melodeath, très facile d’accès, qui me touche, fleur bleue que je peux être. Le refrain a un goût de Draconian Time (PARADISE LOST) et reste tout de suite en tête.

 Je ne vais pas rentrer dans tous les détails. DARK FORTRESS martèle sur la moitié de l’album et essaie de se démarquer sur l’autre. Les variations sont parfois maladroites, mais la technique peut être appréciable (Je dis ça, parce que moi, la technique, généralement, ça me gave très vite...).
 http://www.myspace.com/darkfortress

par Sakrifiss, le 08/07/2010

D'autres albums de Black Metal complexe recommandés

ANOREXIA NERVOSA - DrudenhausEMPEROR - Anthems To The Welkin At DuskOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftOBTAINED ENSLAVEMENT - SoulblightNOKTURNAL MORTUM - To The Gates Of Blasphemous FireARTHEMESIA - Deus-IratusLIMBONIC ART - Ad Noctum - Dynasty Of DeathDEATHSPELL OMEGA - KénôseSHINING - VII: Född FörlorareSIGH - Scenes from HellFANISK - NoontideGAUNTLET'S SWORD - Theosophy

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

LORD BELIAL - Enter The Moonlight GateDISSECTION - The SomberlainDIAPSIQUIR - A.N.T.I.EMPEROR - Anthems To The Welkin At DuskEMPEROR - In The Nightside EclipseSHINING - V - HalmstadFARSOT. - IIIIDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyDEATHSPELL OMEGA - KénôseSIGH - Infidel ArtOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftOBTAINED ENSLAVEMENT - Soulblight

Autres chroniques