CLANDESTINE BLAZE

Fist of the Northern Destroyer

CLANDESTINE BLAZE a beau être originaire de Finlande, sa musique reste malgré tout plus proche d'un DARKTHRONE (mais en bien plus glauque) que du black orthodoxe de SATANIC WARMASTER ou HORNA. CLANDESTINE BLAZE, c'est avant tout le projet solo de Mikko Aspa, âme résolument noire, hyperactive, obnubilée par les religions mais également fascinée par tout ce que l'homme peut commettre d'horrible. Après avoir sorti deux albums, dont le bon Night of the Unholy Flames en l'an 2000, un split avec les français de DEATHSPELL OMEGA  - groupe qu'il rejoint au même moment pour assurer le chant - Mikko décide en 2002 de remettre le couvert avec Fist of the Northern Destroyer, son troisième album.

Débutant avec un cri glaçant le sang dès le début de l'écoute, le premier titre éponyme donne le ton : on se sent proche des américains de JUDAS ISCARIOT, et donc, de DARKTHRONE. A partir de "Praising the Self", un riff lent, pesant comme jamais et atroce à écouter se fait entendre. Ce riff sera suivi d'un mid-tempo tout aussi pesant. Si j'avais pu dire dans ma chronique d'Under a Funeral Moon de DARKTHRONE, que c'est au moment où le rythme ralentit qu'on découvre avec effarement l'horreur de la musique qu'on écoute, avec CLANDESTINE BLAZE, c'est encore plus le cas. Des titres plus lents, il y en aura un sur deux tout le long de l'album. Ces titres se rapprochent aussi de BURZUM par la lenteur, mais également par le sentiment de souffrance. 

La thématique, guère loin du satanisme, n'appartient néanmoins pas tout à fait au culte de la bête. Lorsqu'on ouvre le livret de la pochette, on découvre un texte en anglais, écrit en lettre gothiques blanches sur gris foncé. Mikko Aspa nous parle, comme le nom de l'album l'indique, de destruction nordique, mais également de force, d'opposition à certaines religions, d'intolérance. Par rapport aux albums qui suivront, le visuel demeure hélas décevant. Une particularité de CLANDESTINE BLAZE, comme de beaucoup d'autres projets de Mikko Aspa, c'est de pouvoir se plonger dans les textes en même temps que d'écouter la musique. Ici, comme les paroles sont absentes c'est impossible mais le peu de visuel reste esthétiquement intéressant à regarder.

En résumé, ça parle de force, de domination et de génocide. Nous restons donc dans du Black Metal Oldschool pur et dur ; nous avons droit à une musique qui se subit : la batterie nous anéantit, la basse souffle comme un vent infernal, les guitares, plus graves qu'à l'accoutumée, nous exposent au vide et à son immensité et enfin, la voix semble inhumaine au possible. Cette voix, narrant les horreurs d'une extermination de masse qu'on imagine à venir, glace littéralement le sang de celui qui l'écoute.

Ce sera sur "Goat Creative Alienation" que les influences de BURZUM se feront le plus ressentir. Sur ce mid-tempo caractéristique, on se sent comme hypnotisé par la mélodie. L'album se termine sur "I Have Seen", ultime composition de dix minutes, s'étirant comme un titre de DSBM. Suite aux horreurs évoquées par la musique, il n'y a plus aucun espoir. Plus rien ne nous fait vivre. Nous avons un pied ancré dans l'esprit de Mikko Aspa, et un autre dans son vécu que l'on devine terrifiant. A partir de la quatrième minute du titre, le tempo ralentit pour installer une ambiance encore plus glaçante : c'est certainement l'instant le plus terrifiant de l'album. 

Lorsque l'album se termine, le ciel assombri et plombant de l'univers développé par CLANDESTINE BLAZE reste en vous. Vous resterez traumatisés, anéantis, en particulier si c'est vous découvrez le groupe. Mais vous l'aurez compris : c'est une drogue. Vous venez d'expérimenter quelque chose de dangereux pour votre santé mentale.

Nous sommes encore loin du génie de Church of Atrocity, Deliverers of Faith ou de la grande période de DEATHSPELL OMEGA (de 2004 à 2009 environ), mais Mikko Aspa, pour son projet solo, nous gratifie d'un troisième album des plus intenses. Vous considérez des groupes tels que les ukrainiens de HATE FOREST ou les américains de JUDAS ISCARIOT comme l'élite du Black Metal Oldschool inspirés de DARKTHRONE ? CLANDESTINE BLAZE est fait pour vous. 

par Gul Le Ricanant, le 28/05/2017

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARCKANUM - ÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞBILSKIRNIR - Wotan RedivivusWARLOGHE - Womb Of PestilenceULVEGR - Where the Icecold Blood StormsCRAFT - VoidTHE ARRIVAL OF SATAN - Vexing VersesBATHORY - Under the Sign of the Black MarkGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Under a Funeral MoonDARKTHRONE - Transilvanian HungerDER STÜRMER - Transcendental Racial IdealismPAGAN HELLFIRE - The Will of Night

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

TAAKE - ...DoedskvadBEHEMOTH - ...From the Pagan VastlandsCATAPLEXY - ...Lunar Eclipse, Chaos To The Ruin...DARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyDIAPSIQUIR - A.N.T.I.RIENAUS - AamutähdelleMESARTHIM - AbsenceMONARQUE - Ad NauseamDER WEG EINER FREIHEIT - AgonieGRAUPEL - Am Pranger...MOURNING FOREST / SAD - And Nothing Shalt RemainEMPEROR - Anthems To The Welkin At Dusk

Autres chroniques