BURZUM

Burzum / Aske

Sortie en 1995, cette compilation de Misanthropy Records regroupe les deux premiers méfaits (hors demos) du Comte Grishnackh sur un seul CD. Une très bonne idée puisque les deux ont été enregistré quasiment à la même période (1992-93) et qu'ils sont vite devenus introuvables. On perd juste la version "courte" du titre "A Lost Forgotten Sad Spirit" présent sur l'album éponyme et le mot "Black" devant "Spell Of Destruction", rien de bien fondamental en somme. Les germanophones gagnent en revanche une version allemande des paroles, ils en ont de la chance.

Autant aller droit au but, cet album n'a certainement pas volé son statut. Du haut de ses 19 ans, Varg révélait déjà les prémices d'un talent musical qui allait le rendre célèbre par la suite. On retrouvait déjà cette façon de créer des atmosphères avec trois notes sur de longues périodes sans jamais lasser. Il y a en fait dès ce premier album toutes les facettes du personnage, à savoir des titres complètements ambiants ("Channelling The Power Of Souls Into A New God", "Dungeons Of Darkness") d'autres qui envoient la purée (le fameux "War" en tête, où Euronymous himself joue le solo) et d'autres plus traditionnels, comprendre une alternance de passages rapides et mid tempo, des riffs prenants et des breaks transcendants (ce n'est pourtant pas compliqué !). Ajoutez à cela le timbre unique de la voix de Varg avec ses cris d'adolescents devenus cultes. Le tout baigne dans un son assez raw mais sans être une bouillie sonore, tout est audible, bien que la batterie soit trop en avant et qu'il faille tendre l'oreille pour certains leads.

Sur la forme, Varg a toujours été très influencé par l'univers de Tolkien et ça se voit encore ici dans le nom des titres ou dans les paroles. Il sait aussi bien s'entourer puisqu'au niveau des guests, en plus d'Euronymous déjà cité, on peut noter le sieur Samoth à la basse pour les titres d'Aske.

Bref, un album culte qu'on le veuille ou non, qui a inspiré bon nombre de formations par la suite. On ne compte d'ailleurs plus le nombre de reprises de "War", "My Journey To The Stars" ou "Ea, Lord Of The Depths". Un début essentiel pour tout fan du genre. Qui n'a pas déjà levé les bras au ciel sur le break de "My Journey To The Stars" ou ne s'est pas agenouillé devant l'imposant "A Lost Forgotten Sad Spirit" ? Si la pertinence de certains titres reste discutable et que BURZUM nous proposera mieux par la suite en terme de son et de compos (ce qui explique la note), il reste indéniable que cette sortie est un must have, évidemment à connaître si vous lisez ces lignes.

par Blaise, le 14/02/2013

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ASMUND - Песнь кровиVINTERSORG - Ödemarkens SonMENHIR - ZiuwariCOSMIC CHURCH - YlistysSUMMONING - With Doom We Come THUS DEFILED - Wings Of The NightstormULG - WindarkTOBC - What It's like to Be UndeadPLANETSHINE - Way to NowhereKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitSALE FREUX - VindilisENSLAVED - Vikingligr Veldi

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

LEVIATHAN (Swe) - Far Beyond The LightCLANDESTINE BLAZE - Deliverers Of FaithULVER - Bergtatt - Et Eeventyr I 5 CapitlerMORKEKUNST - MørkekunstKARGVINT - Once Killed SoulsPEST (Swe) - DauðafærðSHINING - I - Within Deep Dark ChambersSHINING - V - HalmstadMORTUALIA - MortualiaANGANTYR - HaevnMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfCRAFT - Void

Autres chroniques