BROCKEN MOON

Hoffnungslos

BROCKEN MOON est de ces one man’s band qui font leur truc dans leur coin et qui le font avec sincérité sans se soucier de leur niveau technique. L’Allemand Humanhater est un misanthrope convaincu qui fonctionne comme STRIBORG ou XASTHUR, avec les contradictions que cela peut inclure et dont certains feraient mieux de passer outre au lieu de vouloir à tout prix qu’un artiste respecte dans sa vie privé l’image qu’il construit dans son groupe. Sa première demo est sortie en 1999, et cet album est son troisième après Mondfinsternis (2005) et Das Märchen vom Schnee (2008).
Hoffnungslos continue le travail réalisé jusqu’à maintenant et il n’est pas passé à autre chose après que son style de prédilection ait perdu de sa verve suite à une heure de gloire : c’est une musique lancinante perdue entre du BURZUM et du dépressif. Après la surdose de ces dernières années on peut s’inquiéter du résultat, mais il a le bon goût de ne pas jouer dans la surenchère de vocaux plaintifs ou pleureurs, oude mélodies trop téléphonées. Et surtout, le résultat est plus désespéré que dépressif, une grande différence ! Les 7 morceaux suent en tout cas la sincérité, et même si la constance n’est pas évidente, certains titres sont bien traumatisants.
Le premier titre, « Hoffnungslos » est de ceux-là. Tout d’abord lent et mené par une guitare sèche et des vocaux torturés, il s’adresse au coeur et remet en mémoire le merveilleux « Kainsmal » de GEÏST (également allemand et d’ailleurs récemment devenu EÏS pour des raisons de droit). Et puis au bout de 2 minutes, il s’emballe subitement et atteint une nouvelle dimension. Extase assurée pour ceux qui aiment les titres à émotion.
La qualité de l’album est de proposer à chaque titre une petite astuce qui le différencie des autres. « Regen » avec des choeurs en retrait et des samples discrets de vagues qui viennent soutenir un break déchirant. « Krieg » et ses samples de scènes de guerre. « T12 Ritual » et 5 minutes d’incantations rituelles / shamaniques. Malheureusement, celui-ci fait aprtie de ces bas dont je parlais. Il manque un peu d’intérêt.
On pourrait aussi reprocher une production un peu faiblarde, ou un manque de son « professionnel », mais cela ne conviendrait pas aux ambiances contemplatives et résignées qui dominent cet opus.
Pour être conquis par BROCKEN MOON, il faut tout de même être un fan du genre à la base. Pas nécessairement fan de dépressif, mais fan de ces groupes qui ont joué avec la mélancolie : BEATRIK, BLACK CIRCLE... Je dirais presque JUDAS ISCARIOT mais ce serait être trop généreux. Il manque encore un peu de panache. BROCKEN MOON est plus artisanal et pas assez constant.
Et pour ceux qui connaissaient les anciens albums, une information cruciale : cette fois-ci il n’y a pas de morceau instrumental miteux de 20 minutes à la fin de l’album ! Youpi !
http://www.myspace.com/brockenmoon

par Sakrifiss, le 07/07/2011

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ARYAN ART - ...I Berem Plodovete Na Nasheto NehajstvoFINSTERFORST - ...Zum Tode HinWINDIR - 1184FOREST OF FOG - AbgründeDER WEG EINER FREIHEIT - AgonieHARAKIRI FOR THE SKY - AokigaharaULVEGR - ArctogaiaLES CHANTS DE NIHIL - ArmorWINDIR - ArntorENISUM - Arpitanian LandsGRIFT - ArvetGALLOWBRAID - Ashen Eidolon

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

PROPAST - Věstnik PreispodnjiSAD - Abandoned and ForgottenSVARTI LOGHIN - Drifting Through the VoidCENDRES DE HAINE - Nihil MirariNOX ILLUNIS - In Sideris PenumbraEPHELES - Je Suis AutrefoisSENTIMEN BELTZA  - Zulo beltz eta sakon honetanOWL'S BLOOD - Cold Night of MeditationBLOOD STRONGHOLD - From Sepulchral Remains...MORTIFERA - IV: Sanctii tristhessBAISE MA HACHE - Le Grand SuicideSVIKT - I Elendighetens Selskap

Autres chroniques