BLUT AUS NORD

777 - Sect(s)

BLUT AUS NORD est tout de même un bel ambassadeur du black français. Existant depuis 1994 (1993 si on intègre la période VLAD), il est l’un des plus réputés à l’intérieur et hors des frontières. Certains le vénèrent pour ces deux albums des années 90 restés dans les mémoires pour l’efficacité de leur black aux relents vickings mais encore sage. D’autres plutôt pour la musique dissonante traumatisante des années 2000 et principalement The Work Which Transforms God de 2003, peut-être pas le préféré de tous mais sans doute le plus marquant. Les MoRT ou Odinist qui suivront reprendront un peu (trop ?) les mêmes schémas, et commencèrent à essuyer des critiques prévisibles de la part des plus faciles à lasser. Non, mais je ne fais pas de reproches, parce que je me mets dans le paquet de ceux qui ne ressentaient plus la même angoisse à l’écoute d’un nouvel album. Le groupe s’en rendait d’ailleurs compte et décidait de clôre la décennie en ravissant les nostalgiques et proposant un retour aux sources, un Memoria Vetusta II faisant honneur au classique sorti 13 ans plus tôt.
Une nouvelle décennie commence et BLUT AUS NORD revient. Avec quoi cette fois-ci ? Un 777 – Sect(s) qui ne présente pas un nouveau visage, mais au contraire la somme de tout ce qu’on a pu découvrir jusqu’à maintenant à travers chaque période. On peut même parler de synthèse tellement le mix est évident.
L’album se compose de 6 titres, soit 6 épitomes de 4 à 12 minutes pour un total de 45 minutes. Si on y regarde de plus près :
« Epitome 1 », nous éclaircit tout de suite sur le grand retour du BLUT AUS NORD tournoyant de The Work Which Transforms God, MoRT ou autre Thematic Emanation of Archetypal Multiplicity... Tout en rapidité, mais axé sur les aspects dissonants, il entraine pendant ses 5 premières minutes dans une chute sans fin au fin fond de la terre, directement en enfer. Les deux dernières sont ambiant, mais pesantes et angoissantes. Ce titre met donc les pendules à l’heure. Seul BLUT AUS NORD peut faire ce genre de titre, et même l’indigestion qu’on avait pu avoir dans le passé est complètement guérie.
« Epitome II » est par contre plus proche des Memoria Vetusta par son rythme plus lent et les ambiances contemplatives. Bien plus facile d’accès, il marque moins, mais permet d’éviter trop de linéarité. Un bon signe de son efficacité, c’est qu’il dure 7 minutes, mais n’en paraît que 4.
« Epitome III » est un mélange des deux premiers titres. Il recommence par la chute en enfer pour poursuivre avec des ambiances plus posées. 5 minutes toujours excitantes suivies par l’« Epitome IV », le plus long avec 12 minutes. Le fait qu’il contienne plusieurs variations ont entrainé des comparaisons avec DEATHSPELL OMEGA mais on est loin de leur « bloc massif impénétrable ». Il a de superbes lignes mélodieuses répétées sur les 3 premières minutes, puis enchaine par une longue partie instrumentale. Ça a d’ailleurs toujours été l’une des particularités du groupe d’être assez avare en chant. Mais étant donné que la musique se suffit à elle-même, on ne s’en rend pas nécessairement compte. Sauf sur ce titre qui en abuse et devient alors un peu longuet. Il faut attendre la 7ème minute pour retrouver quelques instants l’horreur jouissive des instruments grinçants qui tourbillonnent au-dessus de nos têtes puis de nouveau une longue partie instrumentale cauchemardesque à laquelle des choeurs malsains viennent en aide sur la fin. Un titre qui reste tout de même solide.
Les deux derniers Epitomes reprennent l’ensemble de ces formules, basées principalement sur la période la plus inquiétante de BLUT AUS NORD agrémentée de quelques moments de calme qui permettent de mieux observer les monstruosités alentours et de mieux saisir les odeurs putrides qui nous entourent.
Il n’y a rien de neuf sur 777 – Sect(s), mais on retrouve la qualité qui a fait la réputation de BLUT AUS NORD. Il faut avoir envie d’être malmené par sa musique et ne pas faire partie de ceux qui en sont totalement lassés ou qui attendaient déjà un Memoria Vetusta III. Il est parvenu à réveiller en moi des sentiments qui m’avaient envahi à l’époque, et rien que pour les frissons et la chair de poule qu’il m’a rappelé, j’ai envie de flatter cet album !
http://www.blutausnord.com/

par Sakrifiss, le 30/05/2011

D'autres albums de Black Metal avant-gardiste recommandés

THE SKADEN - You Will Hope I Had DiedORANSSI PAZUZU - VärähtelijäJANVS - VegaORANSSI PAZUZU - ValonieluFURZE - UTDABIGOR - Time is the Sulphur in the Veins of the SaintTRANSCENDING BIZARRE? - The serpent's manifoldLEVIATHAN (USA) - The Tenth Sublevel Of SuicideTHE MEADS OF ASPHODEL - The Murder of Jesus The Jew SOLEFALD - The Linear ScaffoldWOLD - StratificationNAGELFAR - Srontgorrth

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

ANTI - The Insignificance Of LifeGRIS - Il Etait Une Forêt...TOTALSELFHATRED - TotalselfhatredLUTOMYSL - CatharsisCHROME WAVES - Chrome WavesSHOGGOTH - Pandemia Of HatredAMNION - The Return Of Total DesolationWOLOK - Servum PecusSARKOM - Aggravation Of MindAMNION - Burn The ForestLUTOMYSL - De ProfundisLES CHANTS DE NIHIL - La Liberte Guidant le Fer

Autres chroniques